×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Compétences de Belgique: «Ce qui leur manque, c’est le réseau»

    Par Mohamed CHAOUI | Edition N°:5480 Le 25/03/2019 | Partager
    Il existe en Europe, mais au Maroc «les gens ne savent ni vers qui se tourner, ni où s’adresser»
    Le Forum est une occasion de tisser des liens, mais ce n’est pas suffisant
    rachid_madrane_080.jpg

    «Comme tous les autres, j’essaie d’être pudiquement un trait d’union entre les deux pays», note Rachid Madrane, ministre belge d’origine marocaine (Ph. PP)

    - L’Economiste: Que peuvent apporter les compétences marocaines de Belgique au Maroc?

    - Rachid Madrane: Beaucoup de choses. Aujourd’hui, de grandes compétences sont développées en Belgique comme des médecins, des entrepreneurs, des avocats,… Ce sont autant de profils qui peuvent apporter leur savoir-faire ici et développer des initiatives entre les deux rives de la Méditerranée. Cette expertise de la 2e et 3e génération peut faire le trait d’union entre le Maroc et la Belgique.

    - Qu’attendent les MRE de Belgique de leur pays d’origine?
    - Beaucoup souhaitent qu’on les aide à pouvoir entreprendre des initiatives ici au Maroc. Ils sont prêts à investir des moyens financiers. Mais il faut leur faciliter les choses. Ils ont une spécificité qui est d’être d’origine marocaine. Donc, ils peuvent utiliser ces ressources pour à la fois leur permettre de développer des affaires, prendre des initiatives économiques, sociales ou associatives. Ils attendent du Maroc de leur faciliter la vie et la prise d’initiative.  Il y a des réflexions à mener  pour voir comment faire pour leur faciliter le travail, qu’ils aient envie de revenir. Parce que l’attachement familial, culturel, affectif est très présent. Le Maroc reste le pays de leurs aïeux. Même après quatre générations, le lien à ce pays est profond. Mais il faut pouvoir capitaliser sur cette diaspora pour qu’elle puisse apporter son savoir faire au bénéfice du Maroc et des Marocains.

    - Quels leviers sont à activer pour capitaliser sur cette diaspora et profiter de son expertise?
    - En facilitant les choses. L’initiative de ce forum permet aux gens de se rencontrer et de tisser des réseaux. En fait, ce qui manque, c’est le réseau. Nous l’avons en Europe mais pas ici au Maroc. Ceux qui sont à l’étranger ne savent pas vers qui se tourner, où s’adresser, quelles sont les personnes ressources à rencontrer… Donc, la grande vertu est de faire rencontrer des gens d’univers différents pour pouvoir tisser des liens.

    - Quel est le bilan d’étape du programme de coopération 2016-2020?
    - La coopération belge est reconnue comme de haut niveau. Même si les moyens ont baissé, elle a investi des secteurs stratégiques. Globalement, le bilan est assez positif. La coopération belge est l’une des rares à avoir mis dans son agenda la question de l’immigration et de l’émigration. Officiellement, il s’agit de 700.000 Marocains vivant en Belgique auxquels il faut ajouter les binationaux. La Belgique reste un partenaire privilégié du Maroc notamment dans des secteurs importants et stratégiques. Il faut que cela perdure.

    - En tant que ministre d’origine marocaine, que pouvez-vous apporter?
    - Comme tous les autres, j’essaie d’être pudiquement un trait d’union entre les deux. Là-bas, nous faisons beaucoup de choses notamment pour la jeunesse. Ici, j’essaie d’être un facilitateur.

    Propos recueillis par Mohamed CHAOUI

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc