×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    L’Apebi formera des développeurs IT

    Par Tilila EL GHOUARI | Edition N°:5467 Le 06/03/2019 | Partager
    En partenariat avec l’Anapec, le programme vise la reconversion des bac+3 scientifiques
    La formation en alternance vise à former 500 profils par région, d’ici 3 ans

    L’exode des compétences IT fait mal. Ils sont 600 à quitter le pays chaque année selon les chiffres officiels, mais bien plus dans la réalité. Cela fait maintenant deux ans que les opérateurs du secteur s’en plaignent et en deux ans, rien n’a changé.

    Aujourd’hui, la Fédération des nouvelles technologies de l’information, des télécommunications et de l’offshoring (Apebi) a décidé de prendre les choses en main. Elle a mis en place un programme de formation appelé CQP (certificat de qualification professionnelle), présenté lundi dernier à Casablanca.

    Lancé en partenariat avec l’Anapec, il permet au titulaire d’un bac+3 scientifique et les chercheurs d’emploi inscrits à l’Agence de suivre une formation de reconversion pour devenir développeur, l’un des métiers les plus recherchés dans le secteur.

    Le CQP est un parcours de 9 mois, délivré en alternance. Il englobe un semestre en formation et 3 mois en entreprise. Il sera déployé dans 12 régions, dont Casablanca-Settat, Rabat-Salé-Kénitra, Sous-Massa, Fès-Meknès et le Nord en priorité. Il a pour objectif de former 500 développeurs par région d’ici 2021.

    Conscients de la forte employabilité de la filière, plus de 4.800 candidats se sont déjà inscrits à ce programme sur le site de l’Anapec, celui de la Fédération et via les annonces sur les réseaux sociaux. Des concours de sélection seront mis en place dans les prochains jours.

    Le démarrage des cours est prévu pour le mois prochain. Les professionnels présents lors de l’annonce ont tous accueilli favorablement le projet. Plusieurs comptent ouvrir leurs entreprises aux jeunes étudiants pour la formation en alternance.

    Pour la réussite du projet, l’Anapec s’engage à effectuer le sourcing et la sélection des candidats, à financer les actions de formation, à savoir la formation pré-embauche des formateurs, la formation-reconversion des futurs développeurs et celle des tuteurs en entreprises à travers le dispositif d’aide à la formation. Ainsi, elle participera au financement à hauteur de 24.000 DH par personne. «Nous tenons également à faire le suivi jusqu’à l’embauche de tous les bénéficiaires de ce programme», assure Abdelmounaïm Madani, directeur de l’Anapec.

    Pour sa part, l’Apebi s’occupera de la validation des programmes (formateur, tuteur et stagiaire), de la certification des centres de formation et leurs formateurs. La Fédération délivrera aussi le certificat de qualification professionnelle en collaboration avec le centre partenaire.

    «La formation CQP est basée sur l’acquisition de compétences spécifiques reconnues par des professionnels. Cette certification donne toutes les chances d’accéder à un métier à forte employabilité», souligne Saloua Karkri-Belkeziz, présidente de l’Apebi.

    Pour rappel, le Maroc produit 8.000 ingénieurs et assimilés par an, ce qui n’est pas suffisant au vu des nombreux projets qu’accueille le pays. De plus, trois entreprises étrangères viennent deux fois par mois pour recruter en masse des ingénieurs marocains, selon les professionnels.

    Recrutement des compétences étrangères

    Pour répondre à la forte demande des métiers sous tension, l’Apebi souhaite recruter des compétences étrangères. Elle a sollicité l’Anapec afin d’assouplir les procédures de recrutement des bac+5 en informatique. Ainsi, un dispositif spécifique a été mis en place, disponible au guichet Taechir de l’Agence. Plus flexible, il permet aux étrangers d’obtenir leur visa de travail dans des délais plus courts (48 heures), moyennant 1.500 DH, au lieu de 5.000 DH auparavant, avec un plafond de 5 profils, pour le même emploi-métier, par entreprise par an. Seules les entreprises opérant dans le secteur IT et membres de l’Apebi pourront bénéficier de ces nouvelles mesures.

    Tilila EL GHOUARI

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc