×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Culture

    Fondation des musées: L’art s’invite dans les aéroports

    Par Mohamed CHAOUI | Edition N°:5449 Le 08/02/2019 | Partager
    Une convention signée hier avec le DG de l’ONDA
    Des expositions seront organisées dans les différents espaces de cet office
    zouheir_mohamed_el_oufiret_mehdi_qotbi_049.jpg

    Zouheir Mohamed El Oufir, DG de l’ONDA (à gauche) et Mehdi Qotbi, président de la Fondation des musées, lors de la signature du partenariat (Ph. Bziouat)

    Mehdi Qotbi multiplie les initiatives. Après la Direction de la douane et l’Université Mohammed V de Rabat, le président de la Fondation nationale des musées (FNM) a signé hier une convention de partenariat avec le DG de l’ONDA, Zouheir Mohamed El Oufir. L’objectif est de promouvoir la culture marocaine auprès des 22,5 millions de passagers qui transitent par nos aéroports.

    En vertu de cette initiative, toutes les infrastructures deviendront une vitrine du patrimoine culturel et artistique, dans toute sa diversité de forme et d’expression (peinture, sculptures...).

    En pratique, «ce partenariat entre les deux institutions se déclinera par des expositions dans les aéroports marocains, des fac-similés artistiques ou patrimoniaux programmés ou non par l’un des musées de la Fondation», indique un communiqué de presse. De son côté, la Fondation s’est engagée à accompagner l’Office dans la mise en scène scénographique des expositions programmées dans l’un ou dans plusieurs aéroports.

    Mehdi Qotbi a saisi cette occasion pour rappeler une anecdote: il s’agit de citoyens qui l’arrêtent dans la rue pour simplement le remercier d’avoir enrichi leur lexique par le mot musée. «Nous avons la chance d’avoir la confiance des institutions internationales pour nous prêter des œuvres majeures pour quelques semaines, lors d’une exposition consacrée aux impressionnistes en avril prochain», dit-il.

    Ainsi, le Musée Mohammed VI de Rabat exposera  des tableaux de Vincent Van Gogh, Paul Cézanne, Claude Monet, Auguste Renoir,… «C’est quelque chose dont je pouvais rêver mais je ne pensais pas qu’elle allait se réaliser un jour», souligne-t-il avant de rappeler que la modernisation des aéroports marocains, citée en exemple à travers le monde, se devait aussi d’être les ambassadeurs de la culture. 

    Par ailleurs, depuis quelques années, l’Office s’est engagé dans une démarche culturelle qui se déploie peu à peu dans les plus grands aéroports du pays. Cette démarche vise le rayonnement culturel et artistique du Maroc. Les aéroports offrent un espace de visibilité qui met en relation directe le public voyageur avec l’art et la culture.

    M.C.

                                                                                       

     «Nous sommes la 1re porte du pays»

    - L’Economiste: Pourquoi cette convention avec la Fondation nationale des musées alors que vous êtes dans les aéroports?
    - Zouheir Mohamed El Oufir:
    C’est un acte naturel que d’associer les aéroports à la Fondation nationale des musées. Vu le rôle majeur qu’elle joue dans le rayonnement du patrimoine culturel, avec notamment des expositions d’artistes marocains ou internationaux au sein de ses musées. L’idée est de constituer un prolongement des musées dans nos aéroports. C’est aussi pour donner un avant-goût pour encourager les 22,5 millions de passagers qui transitent par nos aéroports. C’est autant de personnes qui pourraient avoir un intérêt à venir voir les expositions et visiter les musées, quelle que soit l’expression des arts, la peinture, la sculpture ou autre chose. C’est naturel puisque nous avons commencé depuis quelques années à associer les aéroports à des œuvres artistiques dont nous faisons acquisition pour les aéroports concernés.
    L’objectif est double. Nous voulons faire de ces sites des espaces conviviaux, les enrichir avec des expositions, des affiches, des tableaux et des œuvres. Cela va dans le sens de faire connaître le patrimoine culturel et artistique de notre pays.

    - Avez-vous d’autres projets artistiques?
    - Dans certains aéroports, nous voulons aller plus loin pour en faire des mini-musées sur nombre d’activités liées à l’industrie aéronautique. Ce sont de beaux projets. Bien sûr, nous voulons bénéficier de l’expertise de la Fondation nationale des musées qui ne peut se faire que dans un cadre organisé. Nous voulons également pousser les voyageurs à s’intéresser à l’art et à la culture de note pays. Et cela, à travers les musées pour le voir dans l’expression artistique au sein de notre patrimoine architectural, au niveau des médinas, des ksours et des anciens bâtiments. C’est une excellente chose de pouvoir le faire et de donner un cadre afin de le pérenniser.  

    - Vous étiez également présent au Salon du cheval. Pourquoi?
    - Ce salon est aussi une expression. Nous sommes la première porte de notre pays et en quelque sorte, les premiers ambassadeurs. Les évènements d’envergure sont à faire connaître dès l’arrivée dans le pays. Nous le faisons avec le Salon du cheval. Nous avons profité de l’opportunité pour acquérir quelques œuvres afin de les garder en permanence à l’aéroport. Maintenant, nous avons un beau cavalier de la Tbourida à l’entrée du nouveau Terminal 1, plus d’autres chevaux que nous avons placés un peu partout. Nous avons également un jeune artiste doué, avec deux œuvres, l’une représentant un lion, et l’autre un aigle. Pour nous, ce sont deux symboles, le lion de l’Atlas et l’aigle en référence de l’aéroport et l’industrie aéronautique. En ce qui concerne les évènements, nous donnons les espaces pour les faire connaître et inciter les passagers à les visiter par la suite.

    Propos recueillis par Mohamed CHAOUI

     

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc