×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Traçabilité des médicaments: Servier investit 3,5 millions de DH sur son site de Nouasseur

    Par Jean Modeste KOUAME | Edition N°:5444 Le 01/02/2019 | Partager
    Pour le marquage et la sérialisation
    Un numéro de série unique affecté à chaque boîte
    Objectif: répondre aux nouvelles exigences réglementaires européennes
    tracabilite_medicaments_044.jpg

    Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), la falsification de médicaments, véritable fléau, est à l’origine d’environ 700.000 décès par an. C’est à ce titre que la filiale marocaine du laboratoire pharmaceutique Servier met en place, sur son site de production de Nouasseur, un nouvel équipement entièrement dédié au marquage et la sérialisation des médicaments.

    Le module a mobilisé un investissement de 3,5 millions de DH. «L’objectif est de répondre aux nouvelles exigences réglementaires européennes de traçabilité des spécialités pharmaceutiques que la filiale produit pour l’export vers l’Europe», explique Guillaume Recorbet, DG de Servier Maroc.

    Le site de Nouasseur produit des solutions thérapeutiques de 20 spécialités destinées au marché marocain, subsaharien (Côte d’Ivoire, Sénégal, Cameroun,…) et européen. Il produit également une grande partie de la gamme princeps du groupe Servier et s’est aussi lancé dans la fabrication de médicaments pour le compte de laboratoires tiers.

    Construite en 2003, sur une superficie de 14.000 m2, l’unité de production a nécessité un investissement initial de 60 millions de DH. L’augmentation progressive de sa capacité de production à 10 millions de boîtes aujourd’hui a nécessité 90 millions de DH supplémentaires d’investissement sur ces dix dernières années.

    Née du fait de la complexité des réseaux de distribution, du besoin d’authentification des produits, des exigences réglementaires actuelles et futures, mais aussi du besoin de protéger les marques ou encore celui d’accroître la confiance des patients dans la médecine, la sérialisation devient une obligation légale dans beaucoup de pays pour les laboratoires pharmaceutiques.

    L’opération permet d’identifier chaque étui de médicament de façon unitaire et d’enregistrer les informations dans des bases de données, qui garantiront désormais une traçabilité optimale des médicaments.

    Concrètement, cela signifie qu’un numéro de série unique sera affecté à chaque boîte de médicament et ajouté dans le Data Matrix, en complément d’autres éléments déjà obligatoires. Ainsi, chaque boîte de médicament devient unique avec un code d’identification spécifique et exclusif pouvant être utilisé tout au long de la chaîne d’approvisionnement, garantissant son authenticité.

    Le dispositif vise à empêcher l'introduction de médicaments contrefaits entre le commencement de la chaîne logistique d'approvisionnement des médicaments et l'étape de dispensation au patient. De quoi sécuriser et consolider les ventes.

    En 2017, le groupe Servier a réalisé 4,1 milliards d’euros de chiffre d’affaires, avec 21.700 collaborateurs dans le monde. Servier, qui réinvestit 25% de son chiffre d’affaires (activité princeps) en recherche et développement, s’appuie sur une solide implantation internationale dans 149 pays.

    M.Ko.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc