×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    L’ONEE trace ses sillons dans les régions

    Par Nadia DREF | Edition N°:5444 Le 01/02/2019 | Partager
    Des projets phares à Fès, Meknès, Al Hoceïma…
    5,37 milliards de DH d’investissements prévus contre 4,3 milliards en 2018
    Alimenter 97,5% des ruraux en eau potable
    onee_investissment_044.jpg

    L’ONEE produit plus de 85% de l’eau potable. Il demeure le premier distributeur au Maroc avec environ 2,1 millions de clients répartis sur 696 villes et centres

    Eau potable, assainissement liquide, dessalement… L’Office national de l’électricité et de l’eau potable (ONEE) annonce une panoplie de projets pour 2019. L’investissement global prévu par la branche Eau s’élèvera à 5,37 milliards de DH contre 4,3 milliards en 2018. C’est ce qui ressort des statistiques dévoilées par l’Office.

    L’eau potable se verra attribuer un investissement prévisionnel de 4,27 milliards de DH. Le taux d’accès en milieu rural devra atteindre 97,5% contre 96,6% en 2018. «Ce sont des réalisations encourageantes sachant qu’en 1995, ce taux ne dépassait guère 27%», précise le management.

    La production devra s’élever à 1,167 milliard de m3. Parmi les projets phares, le renforcement de l’alimentation en eau potable des villes de Fès et Meknès à partir du barrage Driss 1er pour 2 m3/s. Al Hoceïma n’est pas en reste. Un programme de dessalement d’eau de mer est prévu portant sur 200 l/s.

    Par ailleurs, 53.000 habitants ruraux de la province de Taza seront alimentés en eau potable à partir du barrage Asfalou. S’y ajoutent 14.000 habitants des communes de la province d’Al Hoceïma qui seront desservis à partir du barrage Bouhouda.

    «L’Office assure le contrôle qualité de l’eau potable produite et distribuée ainsi que les eaux susceptibles d’être utilisées pour l’alimentation. Une mission assurée par 73 laboratoires décentralisés en plus d’un laboratoire central qui est certifié par l’OMS. Ce dernier est le plus performant et le plus grand d’Afrique», souligne le management. 

    Côté assainissement liquide, l’investissement s’élèvera à 1,1 milliard de DH. Une capacité d’épuration additionnelle de 51.530 m3/j est prévue. Elle bénéficiera à 82.000 personnes. Par ailleurs, onze nouveaux centres d’intervention et 9 stations d’épuration seront créés en 2019.

    Plusieurs projets sont lancés. Ils concernent la mise en place de stations d’épuration à Aïn Aouda (d’une capacité de 9.900 m3/j), El Aioune (18.600 m3/j) ainsi que la ville de Imzouren-Beni Bouiayache et les centres avoisinants (13.000 m3/j).

    Selon le bilan provisoire établi par l’Office, 2018 a été marquée par la poursuite des chantiers. Plusieurs projets d’alimentation en eau potable ont été réalisés. Ils concernent le renforcement de l’approvisionnement de la ville d’Essaouira à partir du barrage Zerrar pour un débit de 250 l/s. S’y ajoute un projet de déminéralisation pour un débit de 60 l/s à Zagora.

    Par ailleurs, 95.000 habitants de la province de Taounate ont été raccordés au réseau de l’eau potable à partir de l’adduction Ourtzagh-Ghafsai. Autre réalisation: l’alimentation en eau potable des populations rurales avoisinant l’adduction de Meskala (province d’Essaouira). Un projet qui profite à 66.200 habitants. Pour ce qui est de l’assainissement liquide, 3 stations d’épuration ont été finalisées à Erfoud (capacité de 2.900 m3/j), Azrou (4.635 m3/j) et El Hajeb (3.100 m3/j).

    Sur la période 2014-2017, 12,9 milliards de DH ont été investis par l’ONEE dans l’alimentation en eau potable. La production annuelle s’est établie à 1,137 milliard de m3. Au cours de cette période, 3,5 milliards de DH ont été déboursés par l’Office. Ainsi, 119 centres d’intervention et 101 stations d’épuration ont été mis en place. Le nombre de bénéficiaires a avoisiné 5,1 millions de personnes. Quant à la capacité d’épuration, elle a cumulé 370.000 m3/j.

    La stratégie de l’ONEE en matière d’eau potable et assainissement s’articule autour de 4 principaux axes. Il s’agit de la pérennisation, la sécurisation et le renforcement des installations existantes, l’amélioration des performances techniques, la généralisation de l’accès à l’eau potable en milieu rural ou encore l’intervention soutenue dans le domaine de l’assainissement liquide.

    Deux projets en Guinée

    L’ONEE poursuit son ouverture à l’international, particulièrement sur le continent. Ainsi, en Guinée, l’Office a réalisé des avancées importantes dans deux projets qu’elle mène, précise le management. Le premier concerne l’alimentation en eau potable de la capitale Conakry en partenariat avec la Société des Eaux de Guinée (SEG). Ce projet consiste à réaliser une conduite d’alimentation en eau potable en acier d’un linéaire de 3,5 km. Les travaux ont démarré en janvier 2018. La pose de la conduite et sa mise en service sont prévues au 1er trimestre 2019.
    Le deuxième projet concerne l’assainissement liquide de la capitale Conakry. Le démarrage des travaux de la tranche prioritaire a été effectué en mai 2018. La deuxième tranche est planifiée durant le 2e trimestre 2019. L’Office assure également la formation et le renforcement des capacités des cadres et techniciens guinéens en charge de l’activité assainissement.

    Nadia DREF

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc