Entreprises

Résultats semestriels: Oulmès, la tête sous l’eau

Par Franck FAGNON | Edition N°:5356 Le 24/09/2018 | Partager
Le résultat d’exploitation s’effondre de 73% et les bénéfices de 88%
Les revenus ont reculé de 18% à 738 millions de DH sous l’effet du boycott
Le titre en Bourse a corrigé de 13% depuis l’alerte sur les résultats
resultats_oulmes_055.jpg

Le vrai bilan du boycott interviendra dans les prochains mois au moment de l’arrêté des comptes annuels. Sur le premier semestre, il a entraîné une baisse de 18% des revenus à 738 millions de DH et une érosion du résultat d’exploitation

Pour Centrale Danone comme Oulmès, l’impact du boycott sur les comptes du premier semestre aura été très lourd, même si la dernière entreprise, dont la marque Sidi Ali a été ciblée, est bénéficiaire. Elle a publié un résultat net part du groupe en chute de 88% à 10 millions de DH. Le marché qui détient 10% du capital d’Oulmès n’a pas réagi à ces résultats tout comme il s’était montré peu réactif après la publication du profit warning à la fin du mois de juin.

En tout, Oulmès a perdu 13% sur un volume moyen de 346.000 DH au cours des 13 séances durant lesquelles il a traité depuis l’alerte sur les résultats. Face à cette crise inédite, l’approche est différente d’une entreprise à l’autre. Mais, chacune sera jugée sur sa capacité à apporter des réponses adéquates aux exigences des clients, notamment en matière de transparence sur la tarification et la qualité des produits.

«Ces événements exceptionnels ont permis de renforcer davantage l’écoute des clients afin de mieux répondre à leurs attentes», assure le management d’Oulmès. La société a notamment baissé le prix de la bouteille de Sidi Ali.

Le vrai impact du boycott sera apprécié dans les prochains mois au moment de l’arrêté des comptes annuels. Sur le premier semestre, il a entraîné une baisse de 18% des revenus à 738 millions de DH et une érosion du résultat d’exploitation qui est passé de 135 à 36 millions de DH.

«La société a réussi à optimiser ses coûts et à réaliser plusieurs économies tout en préservant les emplois et en gardant le cap sur son plan de développement», commente la direction. La société se montre rassurante sur ses perspectives. Cela dit, une poursuite de la baisse des ventes de la marque phare de l’entreprise pourrait entraîner la mise en place de mesures drastiques.

 

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc