×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste

L'Edito

Super-saison!

Par L'Economiste| Edition N°:4095 Le 19/08/2013 | Partager

C'est un rush extraordinaire que vit le tourisme au Maroc en ce moment (et que révèle l’enquête approfondie de L’Economiste, sur tout le territoire). Rush qui concerne aussi bien le tourisme local que celui des Marocains résidant à l’étranger et aussi rush des touristes 100% étrangers. Tout est plein de partout, on n’avait jamais vu telle affluence sur les côtes, tant en Méditerranée que sur l’Atlantique…
Réduite de moitié par Ramadan, la saison se concentre donc sur les trois semaines d’août. Le pic est si fort que l’on signale des pénuries d’eau et de pain… Dont personne ne se plaint plus qu’il ne faut: c’est si bon de rencontrer enfin un haut niveau d’activité!
Pour les étés prochains, certes la période des vacances va s’allonger de deux semaines, chaque année, mais il faudra retenir la leçon et préparer un peu mieux les futurs rushes, au moins pour en tirer un meilleur profit et offrir aux touristes des conditions d’accueil plus agréables. Dans le même temps, il faudra abandonner cette idée que défendent les officiels, à savoir que Ramadan serait un bon moment pour les vacances: les touristes, eux, ne l’entendent pas ainsi. Les MRE, que l’on attendait nombreux, pour participer à l’atmosphère ramadanesque,  ont voté avec leurs pieds: ils ne sont pas venus, sauf pour l’Aïd.
Autre point qu’il n’est pas encore possible de bien mesurer: les visiteurs des pays arabes en difficulté.  Il semble que parmi nos hôtes, un nombre significatif viendrait d’Algérie, de Tunisie, d’Egypte… Il faut attendre les statistiques pour vraiment savoir ce qu’il en est. Une chose est sûre, le report vers le Maroc des touristes européens qui rêvaient d’Egypte et de Tunisie.
Au-delà des affaires, il y a une leçon de bon sens, qu’on ne dit pas assez: même si elle déçoit les révolutionnaires, la méthode marocaine pour le changement vaut infiniment mieux que ce qui se passe à Tunis, à Damas ou au Caire…

Nadia SALAH

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse abonnement@leconomiste.com pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc