×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste
  • prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière Membres de L'Economiste Qui sommes-nous

  • L'Edito

    Révolte

    Par Nadia SALAH| Edition N°:5707 Le 27/02/2020 | Partager
    nadia_salah.jpg

    C'est un bon garçon, comme il y en a des milliers: une petite vingtaine d’années, des trous découpés dans le jean, une capuche qu’il fait prestement glisser dans son dos dès qu’il entre à l’école. Vous avez compris le message silencieux: «Je suis à la mode mais/et je respecte mes enseignants».

    Cette fois-ci, il n’est pas seul. Ses deux parents sont avec lui. Le problème est-il grave.

    Oui, il l’est. Hélas, personne ne se doute encore à quel point! Il s’est inscrit au concours d’un très grand service public, avec son diplôme de 3e année, obtenu dans cette école privée, reconnue et agréée par l’Etat, donnant donc le droit de passer les concours de la fonction publique.

    Il a réussi l’écrit. Reste l’oral. Le service public lui demande l’original du DEUG. C’était un ancien diplôme de 2e année. Il a disparu après une réforme, au tout début des années 2000. Il y a plus de 15 ans donc. Comment le recruteur a-t-il fait pour ne pas être au courant? Personne n’a lu de journaux depuis 15 longues années? Et pas davantage les circulaires de l’Etat?

    La famille se mobilise pour aller parlementer. Rien à faire.

    Les voilà tous revenus vers l’école. La directrice pédagogique (celle qui toutes les semaines doit aller à Rabat pour des prétextes destinés à décourager les écoles privées) prend le dossier. Elle rassure les parents: «Trois ans, c’est quand même mieux que deux ans d’études!» Logique.

    Hélas, trois fois hélas! Ce n’est pas comme cela que compte le ministère de l’Education nationale, de la Formation professionnelle, etc. Au bout d’un long moment de discussion et d’un ou deux verres de thé, le fonctionnaire tranche une fois pour toutes: «Votre étudiant, il n’avait qu’à pas s’inscrire à ce concours».

    Votre cœur manque deux coups. L’indignation vous serre la poitrine: comment peut-on faire cela à un jeune qui a réussi l’examen? Dans la situation où est le Maroc?!

    Puis la révolte vous vient… Vous n’êtes pas le seul.

     

    Chère lectrice, cher lecteur,

    L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
    Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

    Mot de passe oublié?
    CAPTCHA
    This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
    ABONNEZ-VOUS

    Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
    Contactez-nous à l’adresse abonnement@leconomiste.com pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc