×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste
  • prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière Membres de L'Economiste Qui sommes-nous

  • L'Edito

    Révoltant

    Par L'Economiste| Edition N°:4430 Le 29/12/2014 | Partager

    Décidément, ils n’en ratent pas une! Après s’être couvert de ridicule dans l’affaires de la pelouse-piscine, après avoir dû attendre une intervention royale avant que le gouvernement commence à se poser quelques questions sur le stade, (sans pour autant avoir viré illico presto Ouzzine), voilà que ce même gouvernement interdit la diffusion d’un péplum!
    Encore plus ridicule, si cela est possible: Exodus a été tourné au Maroc, ce Maroc!
    Les politiciens ont mis une semaine de pressions sur les salles  pour les obliger à  changer la programmation, après avoir donné un visa de diffusion!
    On en a ri de Melbourne à Washington, de Paris à Chicago, tout en stigmantisant le double langage marocain sur l’ouverture et la tolérance.
    Encore plus renversant: le gouvernement, via le ministère de la Communication de El Khalfi, qui voulait agir masqué,  s’est fait prendre sur le fait en train d’exercer sa censure. Une fourberie à laquelle le CCM de Fassi-Fihri s’est associé au lieu de protester.
    On ne sait pas ce qui est le plus révoltant dans cette mascarade: l’hypocrisie, l’incompétence , la bigoterie ou le ridicule. Mais le tout est aujourd’hui connu du monde entier.
    C’est la deuxième fois  en moins d’un mois que le Maroc est durement atteint, par  les coups portés par son personnel politique lui-même. Au moment où ces lignes sont écrites, il n’y a toujours pas de recadrage, ni de sanction à l’encontre de ces ministres qui portent aussi gravement atteinte aux intérêts du pays.
    Ceux qui veulent contester le Sahara marocain, ceux qui ricanent de  la stratégie de développement économique et démocratique, ceux qui concurrencent le Royaume sur les investissements étrangers... n’ont pas de soucis à se faire, des ministres font le travail à leur place. Et ils le font très bien. Plus fort encore, ils le font  de manière à ce que les citoyens se sentent humiliés dans leur amour du pays.

    Nadia SALAH

    Nadia SALAH

    Chère lectrice, cher lecteur,

    L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
    Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

    Mot de passe oublié?
    CAPTCHA
    This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
    ABONNEZ-VOUS

    Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
    Contactez-nous à l’adresse abonnement@leconomiste.com pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc