×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste
  • prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière Membres de L'Economiste Qui sommes-nous

  • L'Edito

    Ovnis

    Par L'Economiste| Edition N°:4676 Le 29/12/2015 | Partager

    Lorsque les employés d’un métro à Tokyo observent un mouvement de grève, ils le programment un dimanche entre 23h et minuit... en portant un brassard. Lorsqu’en Allemagne,  les salariés en arrivent à réfléchir à des arbitrages ultimes, c’est en vertu de l’article 9 de la loi fondamentale, qui insiste sur la «préservation et l’amélioration des conditions de travail et des conditions économiques».  Oui, l’on peut toujours discourir ou gloser sur les fondements originels de la discipline  et du sens de la responsabilité asiatique et germanique. Là-bas, comme pour tout le reste, la grève est normée, et son coût bien mesuré par ceux-là même qui seront tentés de s’en servir pour faire pression.
    Au Maroc, l’on a beau être en 2015,  les fonctions vitales des conflits sociaux continuent de tourner sous leurs cerveaux reptiliens. C’est à qui déroulera l’arsenal d’insubordination le plus efficace pour saboter l’outil de production. Ici, on continuera de saborder un sidérurgiste en convalescence, là, l’on squattera l’esplanade d’animation d’un hôtel de Marrakech peu importe si cet établissement y réalise un exploit dans la conjoncture actuelle: un taux de remplissage correct.
    Les demandes d’intervention du pouvoir judiciaire? Elles ne donnent pas les résultats escomptés, du moins pas dans les délais souhaités par les entreprises. Les médiations des centrales? Inefficaces vu que les QG n’ont pas toujours d’emprise sur leurs bases et sont du coup impuissantes à intervenir pour calmer le climat social et tenter de reprendre la main sur des mouvements que personne n’encadre. Ces conflits sont révélateurs avant tout de l’échec du système de concertation sociale à la marocaine. En dehors du secteur bancaire,  le constat est manifeste: l’impossibilité à se mettre d’accord sur des modes de conduite clairs au niveau sectoriel. Ce n’est pas le plus inquiétant. Ce qui l’est, c’est que ces grèves sont des ovnis que les centrales syndicales et les partis historiques ne maîtrisent ni idéologiquement ni politiquement.
     

    Mohamed Benabid

    Chère lectrice, cher lecteur,

    L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
    Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

    Mot de passe oublié?
    CAPTCHA
    This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
    ABONNEZ-VOUS

    Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
    Contactez-nous à l’adresse abonnement@leconomiste.com pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc