×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste
  • prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière Membres de L'Economiste Qui sommes-nous

  • L'Edito

    Cannabis

    Par Mohamed CHAOUI| Edition N°:5956 Le 26/02/2021 | Partager
    mohamed_chaoui_intern.jpg

    Qui aurait cru, il y a encore peu, que le Maroc irait jusqu’à légaliser le cannabis pour un usage médicinal. Cette revendication, portée par des partis d’opposition, particulièrement l’Istiqlal et le PAM, est remise sur la table, de manière périodique à l’approche des élections.

    En osant légiférer sur un sujet tabou, le gouvernement fait preuve de pragmatisme. Il s’agit de restructurer, de manière progressive et contrôlée, une activité illicite et qui a, pendant longtemps, porté ombrage à l’image du Maroc dans le monde. Le but aussi est de mettre un terme aux ravages dans la société, particulièrement auprès des jeunes.

    Cependant, cette légalisation ne concerne pas la consommation de cette plante et ses dérivés. Celle-ci reste prohibée. Par contre, elle fixe le cadre légal pour la culture et la commercialisation du cannabis pour des raisons thérapeutiques, pharmaceutiques et industrielles. Toute une architecture sera ainsi mise en place pour développer une véritable filière agricole et industrielle. Avec à la clé, de nombreux emplois pour une région qui fait vivre des milliers de familles.

    Désormais, le marché mondial du cannabis médicinal enregistre une croissance inouïe, avec une moyenne de 60% en Europe. C’est une véritable fenêtre de tir qui s’ouvre pour le Maroc qui doit saisir les opportunités économiques et se positionner. Ce qui se traduira immanquablement par l’amélioration des revenus des agriculteurs, qui seront immunisés contre les réseaux de trafic international de drogues. Ce serait pour eux et pour tout le pays... une plante bénite.

     

    Chère lectrice, cher lecteur,

    L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
    Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

    Mot de passe oublié?
    CAPTCHA
    This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
    ABONNEZ-VOUS

    Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
    Contactez-nous à l’adresse abonnement@leconomiste.com pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc