×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

Compétition

Par L'Economiste| Edition N°:3262 Le 26/04/2010 | Partager

L’analyse du Forum de l’Etudiant, qui a fermé ses portes hier à Casablanca, mérite d’être mise en exergue (cf. en page 16) : le paysage commence à changer. Certes, on est bien loin du compte; certes, cela ne concerne qu’un petit nombre d’établissements privés et surtout publics… Mais il faut prendre grand soin de ces petites plantes qui germent dans la plaine désespérante de l’Education nationale. Ces petites plantes s’appellent ambition, différenciation, émulation, spécialisation, adéquation et compétition… Des plantules que les vieilles gardes du ministère haïssent de haine féroce et vindicative. Certes, ces vieilles gardes, dix ans après la Charte, ne peuvent plus stériliser le changement, mais la nuisance reste encore très forte en dépit des nouvelles têtes placées dans divers départements du ministère… à qui on ne reprochera jamais assez son incroyable négligence pour la formation de ses propres fonctionnaires, à commencer par les plus modestes d’entre eux.Donc les graines germent, avec une mention spéciale pour les formations universitaires orientées vers l’emploi. Elles ne font qu’un quart du parc universitaire, elles ont donc des marges de progression, (sans pour autant qu’elles occupent l’intégralité de l’Université). Leur succès les protège et c’est heureux. Leur succès en fait aussi des rivales des formations privées. Tôt ou tard, il faudra fixer des modes de coexistence entre les formations privées et publiques, de manière à éviter le gaspillage tout en maintenant la compétition, mais nous n’en sommes pas encore là.L’urgent, c’est de pousser l’émulation sur les recrutements, des professeurs et des élèves. Pour les élèves, ce sera assez facile, les concours y pourvoiront. Pour les professeurs… ce sera une terrible révolution mentale, même si tous aujourd’hui savent bien que l’absence de compétition dessert les plus travailleurs et protège les médiocres. Nadia SALAH

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc