×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Entreprises

Veillée d'armes à la Lyonnaise des Eaux

Par L'Economiste | Edition N°:303 Le 06/11/1997 | Partager

La Lyonnaise des Eaux de Casablanca retrousse ses manches. Le curage des réseaux d'assainissement s'intensifie. Un plan de crise est mis en place.


SI les pluies d'automne ne sont pas encore au rendez-vous, la Lyonnaise des Eaux de Casablanca (LEC), elle, se tient prête. L'assainissement fait partie de ses priorités, surtout après les inondations connues par la capitale économique les deux dernières années. Le curage des égouts qui a débuté durant l'été s'intensifie. "Nous avons mobilisé tous les moyens en hommes et en matériel. Une centaine de personnes et une dizaine de camions hydrocureurs sont à l'oeuvre jour et nuit. Trois autres camions devraient s'ajouter d'ici une quinzaine de jours ", indique M. Guy Canavy, directeur général de la LEC, lors d'une conférence de presse tenue le 29 octobre 1997. Le curage s'effectue à un rythme actuel de 50 km par mois. C'est une véritable course contre la montre à laquelle se livre la Lyonnaise. "A partir d'un millimètre de pluie par minute et les ennuis commencent à Casa-blanca ", précise-t-il. L'objectif de ces curages est d'éliminer les gros points noirs de la ville. A côté de cela, la LEC met en place un plan de crise. Les zones sensibles sont localisées et les actions à mener déterminées. Ce plan est déjà en place dans la Commune El Fida. Les autorités locales sont associées à l'opération. Le même type de plan est prévu pour toutes les communes de la Wilaya.
L'assainissement est le plus gros volet du contrat de gestion déléguée.

Une enveloppe de 16 milliards de DH devra être investie sur une période de 30 années. Mais est-ce suffisant? A cette question, les responsables répondent qu'à l'impossible nul n'est tenu. Aussi rappellent-ils que "les égouts ne sont pas des poubelles". Ils veulent sur ce point responsabiliser tant les entreprises que les clients personnes physiques. Ils attirent également l'attention sur les problèmes d'urbanisation, des systèmes existent en matière d'assainis-sement pour les métropoles, sans qu'il n'y ait besoin de mettre des réseaux de plus en plus grands.
Pour faire face à ses besoins de financement qui sont de près de 1 milliard de DH sur les prochains mois, les responsables n'excluent pas un recours au marché local. "La détente des taux milite en sa faveur", affirme M. Jean Bernard Lemire, directeur général-adjoint Commercial et Finances.

Changement des compteurs MT


Trois mois après la prise d'effet du contrat, la gestion déléguée est bien assise. Le staff a été entièrement remanié. La Lyonnaise veut démontrer aux élus et à ses "clients" qu'ils ont fait le bon choix. Elle affiche publiquement ses obligations de résultat. L'entreprise s'engage à réaliser 45.000 branchements sociaux en eau et en assainissement tous les 5 ans. Elle prévoit également de raccorder au réseau tous les quartiers urbanisés desservis par les bornes fontaines. Les pertes en électricité et en eau seront réduites respectivement à un pourcentage inférieur à 6% à partir de la cinquième année et à 20% au bout de la 15ème année.
Les taux de desserte doivent être augmentés. Pour l'eau et l'assainis-sement, le taux sera porté à 85% la 5ème année, à 95% la 10ème et enfin à 100% la 25ème année. Concernant l'électricité, il passe à 95% la 5ème année et à 100% la 10ème année.
A plus court terme, l'entreprise devrait aussi d'ici fin mars 1998 finir le changement des 1.600 compteurs moyenne tension que l'ONE a mis à sa disposition suite aux changements de tarification en janvier 1996.

Côté prix, comme promis, les hausses ne devraient pas intervenir la première année. En revanche, en cas d'augmentation ou de baisse de prix par les fournisseurs ONEP ou ONE, les répercussions sur le client final seront immédiates et automatiques. Une bonne nouvelle pour les industriels abonnés à la LEC, puisque l'ONE baisse ses tarifs moyenne tension.
La Lyonnaise s'engage par ailleurs sur l'amélioration de la qualité des prestations. Un engagement auquel les clients de la métropole sont sensibles. Une Direction Clientèle est mise en place.
Sa mission est d'assurer une meilleure qualité de l'accueil, une réduction des files d'attente et une réduction des délais d'intervention. L'optimisation de la fiabilité de la facturation est également une préoccupation de cette Direction. Un ambitieux plan de formation est prévu pour accompagner la mise à niveau du personnel.

Fatima MOSSADEQ

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc