×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Dossiers

Une plate-forme du commerce des valises

Par L'Economiste | Edition N°:303 Le 06/11/1997 | Partager

Les frais de voyages pour hommes d'affaires désirant faire une prospection en Turquie varient entre 6.500 et 18.000 DH. La maîtrise de l'anglais est nécessaire pour réussir dans une mission. Une fois sur place, le prix d'un taxi peut vous coûter 2 millions de livres turques.


L'Union Européenne constitue le principal client et fournisseur de la Turquie. L'essentiel des échanges de celle-ci s'effectue avec l'Allemagne, son premier partenaire. C'est en quelque sorte le même type de relations économiques qu'entreprend le Maroc avec la France.
En 1996, la Turquie avait une balance commerciale déficitaire avec le reste du monde. Ses importations ont été de l'ordre de 41,9 milliards de Dollars, alors que ses exportations ont à peine atteint 23,4 milliards de Dollars (soit un déficit de l'ordre de 18,5 milliards de Dollars).
Les produits importés par les Turcs peuvent constituer des créneaux à exploiter par le Maroc, indique Mme Amina Sayouty, chargée d'étude au CMPE. Et d'ajouter que ce pays présente plusieurs points communs avec le Maroc. Dans beaucoup de secteurs, les deux pays sont plutôt concurrents.

A commencer par le tourisme, la Turquie attire près de 6 millions de touristes par an qui génèrent plus de 5,7 milliards de Dollars. La grande majorité des visiteurs marocains en Turquie sont des touristes plutôt que des hommes d'affaires. D'ailleurs la RAM assure une ligne directe à destination d'Istanbul une fois par semaine. La cadence est doublée durant l'été. Certaines agences telles que "Atlas Voyage" proposent des packages d'affaires. Le prix varie entre 6.500 et 18.000 DH pour 3 ou 4 nuits. Ces prix diffèrent en fonction des services demandés et des hôtels choisis. Les hommes d'affaires se dirigent surtout vers le pôle économique, à savoir Istanbul. La connaissance de la langue anglaise est indispensable pour réussir des missions en Turquie. Les moyens de transport urbains sont disponibles et offrent un service de bonne qualité. Le prix d'un ticket de bus par exemple varie d'une ville à l'autre. Il tourne autour de 0,35 Dollar. Quant au prix d'un taxi, il faut compter pour une bonne tournée l'équivalent de 2 millions de Livres turques, soit près de 100 DH.
Il est à noter que ce pays est connu pour le commerce des valises. En effet, un grand nombre de particuliers viennent en Turquie pour s'approvisionner. Pour leur plus part, ces commerçants viennent des pays de l'ex-URSS, limitrophes de la Turquie. Ce commerce génère près de 10 milliards de Dollars de recettes, précise Mme Alsan. Ces commerçants ambulants viennent pour acheter entre autres des vêtements, du tissu, des tapis et des objets d'art et d'artisanat.

Commerçants ambulants


Avec la signature de l'accord douanier avec l'Union Européenne, la Turquie a réduit ses droits et taxes à l'importation des produits industriels en provenance des pays membres de l'UE. De même, les importations en provenance d'autres pays sont assujetties aux tarifs communs de l'UE. Ainsi, les tarifs douaniers appliqués aux produits d'origine de l'UE sont en moyenne de 4,6%, alors que ceux des autres pays subissent un taux de 9,4%, est-il précisé dans une étude du
CMPE.
Rappelons que les relations commerciales entre le Maroc et la Turquie sont régies par un accord de commerce signé le 16 mai 1972 entre les deux pays. Cet accord donne un cadre général pour organiser les échanges mais ne prévoit pas de tarifs préférentiels. Des listes indicatives de produits ont été établies.
D'autres accords ont été par la suite signés dans les domaines de la coopération économique, scientifique et technique; dans le transport maritime; le tourisme et la protection réciproque des investissements. 
Malgré ces accords initiés par les deux gouvernements, le volume des échanges entre les deux pays reste encore faible. Le Maroc est loin derrière les principaux clients et fournisseurs de ce pays. Pour sa part, la Turquie a été notre 26ème fournisseur avec une part de 0,69% durant l'année 1996. Ce pays a été classé comme étant notre 12ème client avec une part de 1,26% de nos exportations. 

Hicham RAÏQ

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc