×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Culture

Un monde fou

Par L'Economiste | Edition N°:1850 Le 09/09/2004 | Partager

. Il oublie sa fille sur l’autoroute Les gendarmes français du département de l’Isère au sud-est de la France ont eu la surprise de voir un automobiliste marocain affolé leur expliquer qu’il avait oublié une de ses filles sur une aire de l’autoroute du sud à environ 300 km de là. Les gendarmes ont alors fait appel à leurs homologues des départements du Vaucluse et de l’Hérault (sud-est) qui ont découvert la jeune fille âgée de 14 ans en train d’attendre sagement ses parents sur l’aire de repos de Fabregue, dans l’Hérault. Le père, domicilié en Allemagne, a récupéré sa fille à la gendarmerie avant de repartir avec sa femme et ses 4 enfants. . Du hasch dans le Palais royal norvégienDes plants de haschisch d’origine indéterminée ont été trouvés, et détruits, dans le parc entourant le Palais royal norvégien où résident le roi Harald et la reine Sonja. «Il s’agit de quelques plants de haschisch. Nous n’avons aucune idée de qui a pu les placer là», a déclaré à l’AFP Wenche Rasch, la porte-parole du Palais. Le parc, d’une taille relativement modeste, relève de la responsabilité de la municipalité d’Oslo. Le Palais a dit ignorer si les plants de haschisch avaient été sciemment placés en guise de plantes décoratives ou s’ils avaient été clandestinement introduits par un cultivateur audacieux. . Homme-éléphantDes chercheurs asiatiques doivent se rendre cette semaine au Kenya pour apprendre la meilleure façon de régler le «conflit entre l’homme et l’éléphant» qui se battent pour les mêmes terres, auprès de leurs collègues africains, a indiqué un de leurs représentants. Cette mission a été décidée car les pays d’Afrique, qui comptent plus de pachydermes que les Etats asiatiques, arrivent mieux à gérer le «conflit entre l’homme et l’éléphant. Des centaines d’éléphants sont tués chaque année en Asie par des fermiers alors que l’expansion des villages a rétréci l’espace vital des pachydermes.

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc