×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Textile: Le couple réactivité-créativité n'est plus suffisant

Par L'Economiste | Edition N°:1499 Le 16/04/2003 | Partager

. Délais raccourcis, oui, mais tenir compte aussi des services, de la logistique, de l'information…. L'Amith tente de formaliser une stratégie d'alliance avec la FranceL'Association des textiliens s'implique dans la promotion de l'investissement au Maroc. Surtout que la France connaît actuellement une vague de délocalisation. Ce phénomène est dirigé plus vers les pays de l'Est que ceux du Maghreb. Toutefois, même si les avantages comparatifs au niveau de la main-d'oeuvre et les coûts des facteurs énergétiques se sont érodés, ils l'ont été au profit du potentiel de confection, des opportunités de la filière maille ou encore de la diversification. Et pour attirer cette délocalisation, localement de nombreux efforts restent à fournir. Aujourd'hui, explique Abdelali Berrada, directeur général de l'Amith, “les exigences pour la fabrication du produit fini ne se cantonnent pas seulement au couple créativité-réactivité”. En effet, l'industrie doit être capable d'intégrer très vite les notions de service, de logistique et de circulation de l'information pour répondre aux desiderata des marchés européens. La question qui se pose est de trouver le moyen d'éliminer les distances entre le Maroc et ses fournisseurs européens. L'autre concerne les solutions immédiates à mettre en marche pour attirer la délocalisation. D'où l'idée d'établir un partenariat avec le textile-habillement français et profiter ainsi de la notion d'intégration dont il bénéficie déjà. Aujourd'hui, tout converge vers la réalisation de produits finis dans délais hypercourts, à savoir 4 semaines. Or, en général au Maroc, ce délai avoisine encore les 5 à 6 semaines. Trop long si l'on sait que les Chinois mettent autant de temps. Tout l'enjeu est de gagner une semaine. Et pour cela, peut-être envisager des relations triangulaires entre distributeur textilien et confectionneur. Si le partenariat est renforcé entre le tisseur et le confectionneur, le distributeur serait sécurisé. L'Amith réfléchit à la mise en place d'une stratégie d'alliance avec les professionnels français. Le moyen idéal, selon Berrada, est de faire connaître les potentialités du textile national en Europe. La volonté est là. Reste que la stratégie doit être mise en pratique. Pour une plus grande synergie au niveau des coûts et du dédouanement, permettant l'installation d'entrepôts de tissus au Maroc. Une rencontre avec les représentants du textile-habillement de la région Rhône-Alpes s'est déroulée à Lyon à la fin du mois dernier. Au menu des discussions, la “vision compétitive” adoptée par cette région. Une stratégie dont l'Amith veut s'inspirer pour aider les firmes à évoluer vers une logique de marché. Celle-ci s'inscrit dans le sens des démarches déjà entreprises par l'Association. La vision compétitive est axée sur une stratégie fixant des objectifs en termes de marché, produits, structure et finances. En l'adoptant, l'Amith pourrait définir des diagnostics, et des axes de développement à mettre en place sur une période de trois ans. Capitalisée, cette expérience serait appliquée au sein de l'entreprise avec l'espoir que les entités marocaines et françaises aient une vision commune.


Complémentarité

Une deuxième rencontre est prévue début juillet prochain entre les professionnels. A cette date, la journée nationale du textile aura déjà eu lieu et les textiliens marocains présenteront le nouveau visage du textile-habillement. L'objectif est de mettre en exergue la complémentarité des deux secteurs et susciter l'intérêt de la France qui pourrait se traduire à moyen terme par des investissements.Radia LAHLOU

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc