×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Entreprises

Textile et Habillement: Les stratégies d'avenir pour le VETMA

Par L'Economiste | Edition N°:60 Le 31/12/1992 | Partager

La section chargée de l'organisation du VETMA, au sein de l'AMITH, a présenté lors de l'Assemblée Générale de l'Association, les actions à mettre en place pour les prochaines éditions du Salon. Ces actions concernent tant la périodicité, le "produit"VETMA, que les moyens de le financer.

LES prochaines éditions du VETMA comprendront des actions types qui constitueront les piliers sur lesquels reposera l'ossature organisationnelle du salon. Les moyens pour les atteindre ont été présentés par M. Omar Chaoui, Président du Comité chargé de l'organisation du VETMA à l'occasion de l'Assemblée Générale consacrée aux rapports financier et moral de l'AMITH le 17 Décembre.
Sur la périodicité du Salon, l'idée d'abandonner la bi-annualité en faveur d'une seule édition pour pouvoir lui consacrer tout l'effort organisationnel et promotionnel a été évoquée. Cette idée, vite abandonnée, puisait ses motivations dans l'insuffisance des moyens humains et financiers pour supporter les efforts accomplis jusqu'à présent.

Noyau de base

Finalement, l'enjeux que représente la présente constante du Salon du point de vue promotionnel pour l'industrie du textile et de l'habillement marocain exige le maintien de la démarche adoptée depuis le début du salon, à savoir la bi-annualité.
Sur le plan des objectifs à atteindre pour le long terme, il a été décidé de constituer un noyau de base au niveau des exposants du VETMA. Ce noyau serait présent sur plusieurs éditions. Il couvrirait 60 à 70% des surfaces. Le but est de permettre aux organisateurs de compter sur une trésorerie à même de répondre aux besoins de mise en place et de promotion du Salon. Ce moyen est considéré par le Président du Comité en charge du VETMA comme "un investissement sur un outil de promotion avec un plan de développement des budgets de fonctionnement et un programme d'action parfaitement arrêté".
Parmi les moyens, I'AMITH cite l'ouverture du Salon au secteur en amont. Suite à la 4ème édition automne/hiver qui a eu lieu les 4, 5 et 6 Novembre derniers, il a été décidé de maintenir la formule qui a consisté à réserver 8% des stands aux fournisseurs de tissus, fils, accessoires. Cette formule a, en effet, permis de contribuer à résoudre les problèmes d'intégration et de rapprocher les secteurs habillement-textile.
L'introduction de fournisseurs de tissus a, de même, répondu à la tendance "juste à temps" (just in time) qui nécessite une collaboration directe entre habillement et textile aussi bien pour les donneurs d'ordre internationaux que pour les industriels locaux.
Enfin, s'agissant de la recherche de moyens de financement, M. Chaoui a précisé que "les prix des stands ne seront pas modifiés pour la prochaine édition Printemps/Eté des 15, 16 et 17 Avril 1993". Ce qui ne veut pas dire que les moyens financiers dont dispose le Salon sont suffisants.
Du fait de la limitation des moyens financiers, les membres du Comité d'organisation du VETMA ont décidé de ne pas se contenter d'adopter la démarche retenue jusqu'à présent et qui se limite aux sponsors nationaux.

Sponsors internationaux

Les organisateurs du VETMA ont souligné qu'il est temps de réfléchir à d'autres possibilités et ont cité un certain nombre de voies à explorer en vue de trouver des moyens financiers plus à même d'améliorer la promotion et le montage du Salon. Ils ont ainsi mentionné le recours aux sponsors internationaux qui avait déjà fait l'objet de quelques tentatives durant la campagne de lancement du dernier VETMA. Les autres possibilités consisteraient à demander des participations à certains organismes comme l'Office du Tourisme, les Chambres de Commerce, le Centre Marocain de Promotion des Exportations (CMPE), l'ODI...
Ont été également soumis à la réflexion les organismes internationaux d'aide au développement comme l'USAID, le GTZ ou encore la CEE.
Les autres formules de financement dépendraient de services spécifiques rémunérés rendus par les différents comités de l'AMITH. Il s'agirait par exemple d accompagner les acheteurs, les centrales et industriels durant les périodes situées entre deux salons.
L'édition payante de notes, documents et répertoires avec publicité font partie des idées proposées aux rares membres de l'AMITH présents à l'Assemblée Générale.

Naïma HADER

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc