×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Culture

Fès: Le conservatoire de musique relooké

Par L'Economiste | Edition N°:1423 Le 25/12/2002 | Partager

. Financée par le Conseil préfectoral de Fès Jdid-Dar Dbibagh et la région, la rénovation du conservatoire a nécessité une enveloppe de 400.000 DHSitué derrière le boulevard Slaoui à Fès, le conservatoire de musique a reçu un sacré coup de lifting. Depuis quelques mois déjà, le centre a connu des rénovations financées par le Conseil préfectoral de Fès Jdid-Dar Dbibagh et la région. Pour environ 400.000 DH, les murs et les locaux ont été repeints, la clôture refaite et le jardin aménagé, faisant ainsi le bonheur des 400 élèves qui y étudient et des 20 professeurs qui y travaillent. “Il était temps que le conservatoire soit repris en main, surtout dans une ville qui se dit patrimoine universel basé sur la culture et l'art. Tout le mérite revient au wali sortant, Lahoucine Tijani, qui a tout fait pour nous rendre l'endroit aussi agréable”, tient à préciser Mohamed Briouel, directeur du conservatoire, qui n'est autre que le célèbre maître de la musique andalouse de Fès. Disciple du grand artiste disparu, Hadj Abdelkrim Raïss, Briouel est directeur du conservatoire depuis 1996. Son orchestre, fondé par feu Raïss, est considéré comme le groupe le plus ancien et le plus connu de la musique andalouse marocaine. Principal objectif du groupe: resituer la musique dans son cadre traditionnel et dans sa forme historique authentique, notamment en refusant d'utiliser des instruments dits modernes (instruments à vent et instruments électriques). Dans cette recherche permanente, l'orchestre participe souvent à des expériences de croisements culturels. Il joue régulièrement avec des artistes et des groupes européens sur le répertoire de la musique médiévale espagnole. C'est l'un des meilleurs ensembles à interpréter cette musique arabo-andalouse. D'ailleurs, l'orchestre est souvent invité à l'étranger: France, Allemagne, Etats-Unis, Canada, Tunisie, Egypte et même en Chine. En 2000, à La Haye, il obtient le prestigieux trophée Edison des Pays-Bas. Cette distinction lui a été attribuée pour le CD “Cantigas de Santa Maria”, réalisé en collaboration avec le musicien américain Joël Cohen. Soulignons que Briouel animera un concert au courant du mois prochain avec Françoise Atlan. Pour les élèves du conservatoire, Briouel a beaucoup d'ambition. De nombreuses activités sont organisées pour eux tout au long de l'année. D'ailleurs, le 19 janvier, une audition est prévue pour les disciples. “C'est une manière de leur apprendre à avoir confiance en eux et à s'habituer au public”, explique un des professeurs du conservatoire. “15 élèves ont participé l'été dernier au Festival de la musique sacrée de Jiron en Espagne.15 autres ont formé un orchestre de musique andalouse”, annonce fièrement Mohamed Briouel. De notre correspondante, Mouna Khamlichi

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc