×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Electricité: Baissera, baissera pas

Par L'Economiste | Edition N°:403 Le 18/12/1998 | Partager

Le ministre de l'Energie a annoncé une baisse de l'électricité domestique. La décision a quelque peu surpris. Les prix de l'électricité, à l'exclusion de ceux pratiqués par les gestionnaires-délégués privés, sont réglementés.

Les tarifs de l'électricité, en particulier de la "consommation sociale" connaîtront une baisse à partir de l'année prochaine, a annoncé M. Youssef Tahiri, ministre de l'Energie et des Mines, lors des séances de questions orales à la Chambre des Conseillers mardi dernier. L'annonce a quelque peu surpris. Les prix de l'électricité sont réglementés. Politiquement, le ministre a fait un bon coup. Mais, pas sûr que la décision soit facile à prendre juridiquement. Les modifications des prix obéissent à une procédure bien particulière. La proposition est faite par l'ONE après décision prise en conseil d'administration. L'Office saisit ensuite la Commission Interministérielle des prix qui est seule habilitée à modifier les prix. Une exception cependant, après l'octroi de la gestion déléguée de la ville de Casablanca à la Lyonnaise des Eaux, un arrêté spécifique renvoi la réglementation des prix de l'électricité, l'eau et l'assainissement aux clauses contractuelles de la concession.
Ainsi donc à l'exclusion des contrats de gestion déléguée qui ont été accordés pour la ville de Casablanca et Rabat à des groupes privés où les prix sont négociés avec l'autorité concédante, les régies adoptent les tarifs de l'ONE.
M. Tahiri a indiqué également que "le gouvernement n'acceptera pas les augmentations de tarifs décidées récemment par la Lydec". Ajoutant que "les parties concernées oeuvreront pour amener la Lydec à revenir sur sa décision". La Lydec, qui ne souhaite pas réagir compte tenu du fait qu'elle n'a pas été saisie officiellement, précise toutefois que "jusqu'à présent, elle n'a fait qu'appliquer les dispositions contractuelles", précise M. Alain Perret, secrétaire général de la Lydec. "Lors de la hausse du mois d'août, nous avons informé préalablement le Premier ministre", précise-t-il. En fait, si la réponse de M. Perret reste diplomatique, l'annonce de M. Tahiri a eu quelque peu l'effet d'une bombe. Dans quelle mesure le gouvernement peut-il remettre en question l'accord qu'il a lui même-passé et quel en est l'impact? Sans compter que cette décision va à l'encontre de la stratégie menée jusqu'à maintenant dans le domaine de l'électricité avec pour objectif la "vérité des prix". L'électricité industrielle subventionnant l'électricité domestique. Or, les décisions prises jusqu'à maintenant visent à réduire les prix de l'électricité moyenne tension pour les industriels et augmenter les prix de la basse tension à l'exclusion de la tranche sociale. Or, l'annonce de cette baisse bien qu'imprécise va à l'encontre de cette stratégie. La dernière décision du Conseil d'administration de l'ONE avait prévu, rappelons-le une baisse de 20% sur l'électricité industrielle sur 4 ans. L'ONE a déjà procédé à deux baisses une de 5% et l'autre de 6%.

Fatima MOSSADEQ

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc