×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Dossiers

Dossier Tourisme
Tourisme intérieur: Une campagne de promotion pour juillet

Par L'Economiste | Edition N°:1301 Le 28/06/2002 | Partager

. Objectif: Offrir des packages adaptés aux besoins de la clientèle . Coût de l'opération: 5 millions de DH. L'agence de communication n'est pas encore choisieLes professionnels du tourisme vont rompre cette saison avec une habitude bien ancrée: celle de regarder essentiellement par-delà les frontières pour doper l'activité. Maintenant, ils se tournent aussi vers le marché intérieur. Une campagne de sensibilisation, initiée par l'ONMT (Office national marocain du tourisme) en concertation avec les professionnels du secteur, doit d'ailleurs être lancée en juillet pour promouvoir ce créneau. Des packages étudiés à des prix compétitifs seront proposés aux touristes nationaux, affirme Othmane Idrissi, directeur de la Fédération nationale des agences de voyages du Maroc (FNAVM). A cet effet, des dépliants seront distribués et des annonces diffusées pour présenter les différentes régions du Maroc. “Nous voulons faire connaître au Marocain son pays”, ajoute-t-il. Quatre agences de communication ont été présélectionnées le 13 mai dernier. Il s'agit de Klem Euro RSCG, Lowe Shem's, Boomerang et Zone Bleue. Elles vont concourir pour l'élaboration de la stratégie de communication (étude de marché, axes de stratégie et plan d'action) et l'exécution de la campagne triennale de publicité institutionnelle. L'agence qui remportera le marché pour la campagne 2002-2004 n'est pas encore connue. Le choix doit s'opérer rapidement si l'ONMT veut rester dans les délais. Quant au coût de l'opération, il avoisine les 5 millions de DH, selon un responsable à l'ONMT.Hôteliers et transporteurs sont mis à contribution pour cette campagne, dont l'objectif est de rendre le tourisme intérieur accessible à tous. Car bien que les destinations des Marocains soient essentiellement domestiques (96,5%), bien des produits et services restent hors de la portée d'une large tranche de la population. Résultat: la majorité des Marocains (75%) recourt à des logements gratuits en se faisant inviter chez la famille ou les amis. Cette situation est due, selon les données de l'enquête sur les destinations, initiée par le ministère du Tourisme, au fait que l'hébergement touristique au Maroc est largement tourné vers l'international, autant par sa typologie que par ses prix. Les hôtels ne sont pas adaptés à la taille du groupe des Marocains en voyage (famille élargie). L'offre informelle profite donc de cette aubaine. En effet, près de 75% des hébergements pour le tourisme intérieur sont hors circuit commercial. Cette situation correspond à celle des pays européens dans les années 50, font remarquer les auteurs de l'enquête. A noter toutefois que cette forme de tourisme (parents, amis et connaissances) est encore courante dans les pays du sud de l'Europe. Au Maroc, la tendance actuelle devrait se renverser au profit donc de l'hébergement commercial avec un gain de 10% tous les cinq ans, selon les estimations de l'étude. Pour ce faire, il faudra développer les logements familiaux à prix modéré type gîtes, villas, résidences, villages, campings et hôtellerie familiale, avec possibilité de faire sa propre cuisine (self-catering). Il faut aussi renforcer l'infrastructure de transport car l'étude a montré une forte corrélation entre le moyen de transport utilisé et la destination choisie. L'amélioration de l'attractivité de certaines destinations, aujourd'hui boudées, est donc liée à une desserte transport performante. La solution serait de renforcer, durant les périodes de vacances, la liaison entre les bassins émetteurs et les principales destinations touristiques avec des bus charters, des trains spéciaux et des charters aériens. L'enquête sur les destinations a d'ailleurs montré que le premier mode de transport utilisé par les Marocains en vacances est l'autocar (55%), suivi par le véhicule personnel (30%) et le train (7%). A. E.

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc