×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Entreprises

Cotef: Le plan de restructuration en souffrance

Par L'Economiste | Edition N°:402 Le 17/12/1998 | Partager

En principe, la restructuration du Complexe de Textile de Fès, toujours privatisable, devait commencer avec le plan d'investissement triennnal entériné début 1998. Mais, fait étrange, un récent conseil d'administration vient d'annoncer le report de son adoption.


Le dernier conseil d'administration de Cotef s'est focalisé sur des résultats réalisés par l'entreprise. Selon un communiqué très optimiste, les performances enregistrées au cours de l'exercice 1996-1997 s'avèrent satisfaisantes. Le chiffre d'affaires est de l'ordre de 252 millions de DH, soit 30% de plus que l'année précédente. De même, le résultat d'exploitation conforte cette augmentation, puisqu'il s'est établi à 13,5 millions de DH contre une perte d'exploitation de 10 millions en 1996.
Dans ce même communiqué, il est aussi question de reporter l'adoption et donc la mise en oeuvre du programme d'investissement triennal 1998-2000. Fait étonnant, puisque ce même plan avait été adopté en février dernier par un autre conseil d'administration. D'une importance capitale pour l'entreprise, ce plan devait, entre autres, servir à la réhabiliter et à moderniser son outil de production devenu obsolète. Aucune explication n'est donnée à cette décision plus que surprenante. Il est fort probable que le montage financier n'ait pas été finalisé.

A l'origine, le textilien devait financer ce programme par fonds propres et emprunt bancaire. Sauf à se présenter avec la garantie du Trésor, son principal actionnaire, Cotef aurait difficilement convaincu les banquiers à prendre des risques sur son avenir.
Cette mise à niveau concernait également tous les compartiments de l'organisation de l'entreprise. A commencer par le système d'information, auquel 4 millions de DH ont été affectés. Autre objectif, celui d'atteindre la certification ISO 9000 en définissant une stratégie «qualité». Mais la tâche s'annonce complexe vu le parc des machines quasi-oboslète et le personnel vieillissant qui n'était pas «recyclé».

Equilibre précaire


Les ressources humaines devaient être au centre des préoccupations des dirigeants, d'autant plus que sur les 1.711 employés, la moitié est analphabète.
Pour cette entreprise qui fabrique essentiellement des tissus de gamme économique dont les deux tiers sont destinés à la consommation locale, l'objectif de cette mise à niveau est de profiter de l'importance grandissante de la sous-traitance au Maroc. Son souhait est de devenir plus «séduisante» aux yeux des éventuels repreneurs.
Le report du plan d'investissement triennal risque d'éloigner cette perspective.
Inscrit dès la première heure sur la liste des sociétés privatisables, le Complexe de Textile de Fès n'a réussi à ce jour à attirer d'éventuels repreneurs. L'entreprise a réussi à survivre jusque-là avec un très faible niveau de productivité et ce, dans un environnement perturbé par les années de crise du textile sur le marché international. Il a enchaîné plusieurs exercices déficitaires avant de retrouver un équilibre précaire l'an dernier. Les neufs premiers mois de 1998 n'ont pas été fameux. Le chiffre d'affaires a baissé de près de 12% par rapport à la même période en 1997. «Mais les dirigeants semblent optimistes et pensent que cette baisse de régime essentiellement due à la «morosité» des marchés domestiques et internationaux, ne devrait pas entraver la motivation de Cotef dans sa démarche de restructuration». Le lifting tant attendu ne débutera donc pas cette année. La Direction craint que la situation ne se détériore si rien n'est entrepris d'ici quatre ans. Une année vient de s'écouler. Il en reste trois autres pour rectifier le tir.

Radia LAHLOU

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc