×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Politique

Condamnation de Juppé: Une affaire dans l'affaire

Par L'Economiste | Edition N°:1696 Le 03/02/2004 | Partager

L'ancien Premier ministre français, maire de Bordeaux et président de l'UMP, Alain Juppé, tiendra une conférence de presse aujourd'hui mardi dans la journée pour annoncer au public sa décision de quitter ou non la vie politique. Après avoir été condamné vendredi dernier à 18 mois de prison avec sursis, assortis de dix ans d'inéligibilité pour «prise illégale d'intérêt», il a prévenu plusieurs fois qu'il quitterait définitivement la scène politique si des accusations «infamantes» continuaient à peser sur lui. En attendant, une affaire dans l'affaire est née puisque les trois magistrats qui ont jugé l'affaire des emplois fictifs à la mairie de Paris ont déclaré avoir subi des menaces et pressions. Catherine Pierce, la présidente du tribunal de Nanterre, a affirmé samedi dernier que ses bureaux et ceux de ses assesseurs ont été régulièrement «visités» ces derniers mois et leurs ordinateurs professionnels «fouillés». Avouant que s'ils sont avérés, ces faits sont d'une «extrême gravité», le président Jacques Chirac a demandé au Premier ministre Jean-Pierre Raffarin de confier une mission d'enquête administrative au vice-président du Conseil d'Etat, au premier président de la Cour de cassation et au premier président de la Cour des comptes. «Ces trois personnalités auront la charge d'établir la vérité sur cette affaire et de proposer au gouvernement les mesures et les sanctions qu'il lui incomberait, le cas échéant, de prendre. Leurs conclusions seront présentées avant la fin du mois de février au chef de l'Etat, au Premier ministre et au Conseil supérieur de la magistrature et seront rendues publiques», indiquent les services de Raffarin dans un communiqué. Alain Juppé, lui, compte faire appel du jugement. En fait, les conditions ne sont pas réunies pour un retrait politique puisque le processus judiciaire continue et que l'appel fait que la condamnation du maire de Bordeaux n'a pas un caractère définitif. Le sort judiciaire du président de l'UMP sera tranché par la Cour d'appel de Versailles à l'automne prochain.N. B.

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc