×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Politique

Code de la famille: Communication et sensibilisation encore défaillantes

Par L'Economiste | Edition N°:1696 Le 03/02/2004 | Partager

. Les fausses interprétations restent nombreuses. Les associations se mobilisent autour des nouvelles dispositionsLa promulgation au Bulletin Officiel (BO) du code de la famille n'est plus qu'une question de jours. Le prochain bulletin à paraître, probablement durant la deuxième quinzaine du mois de février, devrait comporter les 400 articles du code, adopté, rappelons-le, à l'unanimité aussi bien au sein de la commission en charge du dossier de la Moudawana que de la Chambre des Représentants et de celle des Conseillers. Une fois la promulgation effective, les nouvelles dispositions entreront en vigueur. Les citoyens marocains ont-ils pour autant saisi la portée révolutionnaire du texte? Ont-ils été suffisamment informés des changements qui se produiront dans leur vécu quotidien? Les acteurs susceptibles de participer à cette sensibilisation se sont-ils suffisamment mobilisés? Les questions qui reviennent de façon récurrente dans les associations concernent les modalités du divorce, la pension et le partage des biens. L'abolition de la tutelle fait également l'objet de nombreuses interrogations, voire de réticences. «Notre préoccupation quotidienne porte autour de la vulgarisation des nouvelles dispositions du code de la famille», explique-t-on auprès des associations féminines. Aussi, la première phase a-t-elle consisté à mener un travail de lobbying auprès des membres de la commission en charge du dossier pour que l'esprit du discours royal soit respecté. C'est aujourd'hui une nouvelle étape, tout aussi cruciale, qui commence. Celle de la sensibilisation et de l'information du peuple marocain. «Les citoyens sont nombreux à méconnaître les nouvelles dispositions, affirme-t-on, voire à mal interpréter certaines d'entre elles». «Dès les premières semaines qui ont suivi l'annonce d'un nouveau code de la famille, il a été demandé aux acteurs de la société civile de se mobiliser pour sensibiliser toutes les couches de la population quant à sa portée», déclare-t-on à l'ADFM. La majorité des organisations non gouvernementales (ONG), particulièrement celles dont le cœur de l'action concerne la femme et la famille de façon globale, ont alors entrepris un programme. «Nous effectuons un travail de proximité», affirme-t-on au sein des associations féminines. A la Ligue démocratique des droits de la femme (LDDF), une caravane d'information sera lancée dès le mois prochain. Une équipe formée à cet effet accompagnera plusieurs jours durant la caravane et apportera à tous ceux qui le souhaitent l'ensemble des renseignements qu'ils désireront. Cette action s'ajoute à celles, quotidiennes, consistant à apporter une assistance dans le domaine de l'information. A l'Association des femmes du Maroc (ADFM), le même travail d'information est mené avec en perspective, l'édition d'un guide comportant les nouvelles dispositions «dans un langage accessible à tous», précise-t-on. A l'Association Bouregreg, une campagne réalisée avec le soutien du gouvernement américain est en phase d'être lancée. Elle sera axée autour de l'élaboration d'outils de communication pédagogique en arabe, français et anglais, la production de cassettes vidéo, CD-Rom, tenues de conférences et journées d'information. La télévision nationale, principal vecteur de vulgarisation, n'a pour le moment pas élaboré un programme d'action. Seuls des magazines et émissions, avec pour invités des spécialistes, ont été diffusés. Ce qui ne correspond pas toujours aux attentes d'une population fortement analphabète, encore hermétique aux changements.Amale DAOUD

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc