×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Assurances Auto
Avez-vous pensé à négocier vos primes?

Par L'Economiste | Edition N°:1696 Le 03/02/2004 | Partager

. Beaucoup d'assurés ne le savent pas encore, mais les tarifs sont libres pour les garanties complémentaires. Dans deux ans, ce sera aussi le cas de la RC Remorquage du véhicule ou voiture de remplacement en cas d'accident, assistance pour rédiger le constat, garage agréé…voilà globalement ce que pourrait vous proposer «gratuitement» une compagnie d'assurances de la place si vous souscrivez à son package «assurance automobile». La condition? Souscrire au minimum la responsabilité civile, l'assurance obligatoire dont le prix est encore administré, plus une ou deux garanties complémentaires: vol, incendie, bris de glaces, défense et recours, dommages collisions ou encore l'assurance tierce (dommages véhicules). Les compagnies d'assurances offrent de plus en plus de services d'assistance au prorata des garanties souscrites. «Plus le client en souscrit, plus il est choyé», note un assureur.La libéralisation des prix de ces assurances dites complémentaires a poussé les compagnies à multiplier les innovations pour se différencier de leurs consœurs. Selon des opérateurs, l'assurance automobile est, à côté des produits d'épargne, la vache à lait des compagnies. La course aux volumes les a amenées à «quasi-uniformiser leurs offres». La communication et le marketing a suivi, et les assureurs ont fait «amende honorable» en replaçant le client au centre de toutes les préoccupations. Les services ont été améliorés et les prestations personnalisées. Les actions de charme se multiplient auprès d'une clientèle de plus en plus exigeante quant au respect des termes des offres lancées. Cette année, plusieurs compagnies ont relooké leurs offres et abaisser leurs primes pour séduire davantage les masses. «Aujourd'hui, on estime que les offres sur le marché se valent toutes», martèle un assureur. Dans ce cas, qu'est-ce qui les différencie et qu'est-ce qui aiderait un client à choisir sa compagnie d'assurance? «La qualité des services qui lui sont offerts», précise Hamid Basri de Wafa Assurance. Entendons par là, «la rapidité du traitement des dossiers ou encore la mise en place de prestations personnalisées. Voilà ce qui encourage un prétendant à privilégier une enseigne sur une autre», souligne notre interlocuteur. Mais la libéralisation des prix a aussi accéléré la baisse des tarifs. «Nous pouvons la quantifier à près de 30% depuis 1998», note Hamid Basri. Cette tendance est amenée à se poursuivre, selon plusieurs de ses confrères, du fait principalement des concentrations amorcées en 2003 dans le secteur (Al Wataniya et RMA) ou celles qui sont attendues pour l'année en cours (Wafa Assurance et AXA Maroc ou encore SANAD et Atlanta).Les nouveaux géants disposeront d'une taille et une assise financière confortables pour abaisser les tarifs pratiqués actuellement pour les garanties complémentaires. Plus d'un argument milite en faveur de cette avance. Notons que les services d'assistance offerts aux clients et la mise en place des moyens logistiques sont coûteux pour les compagnies de taille moyenne, «c'est pourquoi des entités de cette envergure, disposant de portefeuilles clients conséquents, peuvent supporter aisément ces coûts», projette un professionnel du secteur. Actuellement, les tarifs pratiqués par les compagnies de la place sont plus ou moins identiques. Les assureurs différencient les prix des garanties complémentaires offertes suivant les statistiques dont ils disposent et la qualité de leurs portefeuilles. Les souscripteurs peuvent économiser quelques centaines de DH, puisque les tarifs des garanties complémentaires diffèrent selon les compagnies. «Une constante: peu de clients souscrivent l'intégralité des garanties complémentaires, la majorité se limitent aux assurances incendie, bris de glaces et défense et recours», notent des courtiers. Mais il est une assurance dont le chiffre d'affaires se développe rapidement eu égard à ses multiples avantages. Il s'agit de la garantie «dommages collisions» dont le niveau faible de la prime par rapport à la couverture proposée en cas de sinistre encourage de plus en plus de clients. Par exemple, une couverture de 40.000 à 50.000 DH de dommages coûte à l'assuré une prime annuelle de 1.325 à 2.250 DH (H.T) avec une franchise de 5 à 10% et un minimum de 500 DH. En cas de sinistre, le client se voit rembourser jusqu'à 39.000 DH.«Une aubaine», caricature un marketeur d'une compagnie d'assurance. Pour ses collègues financiers, le casse-tête réside dans les faux sinistres ou les factures gonflées. «Une partie non négligeable des assurés verse dans ces pratiques. On essaye tant bien que mal de limiter les dégâts!», concluent-ils.


Conseils pratiques en cas de sinistre

• En cas d'accident -Dommages matériels Rédiger un constat à l'amiable en remplissant correctement les informations demandées. La case correspondant à la situation de l'accident doit être cochée et le croquis des véhicules bien dessiné en indiquant par des flèches la direction de chaque véhicule impliqué. La copie du constat amiable doit être transmise rapidement à l'assureur.Si l'assuré n'est pas responsable de l'accident au vu du constat, sa compagnie lui désignera un expert pour évaluer les dégâts. -Dommages corporels Un procès-verbal de police doit être établi et l'assureur informé dans un délai maximum de 5 jours en lui transmettant le récépissé du P.V. • En cas de vol du véhicule Il faut prévenir la police qui établira un procès-verbal. Le vol doit être déclaré à l'assureur dans un délai maximum de 24 heures avec envoi du récépissé de la déclaration. • En cas d'incendie L'incendie doit être déclaré à l'assureur dans un délai maximum de 5 jours. Un expert est désigné ensuite par la compagnie d'assurance pour évaluer les dégâts. . Prime à la carte«Le produit Axa Assurance Maroc reste le moins cher sur le marché à condition de souscrire la responsabilité civile plus toutes les garanties complémentaires», selon les avis concordants de courtiers en assurance de la place. A la différence de ses consoeurs, cette compagnie propose des taux de primes d'assurances différenciés en fonction du profil du client et de la voiture assurée. Elle a mis pour cela un logiciel de simulation à la disposition de ses agents généraux et courtiers qui donne le montant de la prime correspondant à l'assurance souscrite. Ce système se base sur un ensemble de critères comme la zone de résidence, la date de délivrance du permis, l'âge du véhicule et sa valeur ou encore l'âge du conducteur. Bouchaïb El Yafi

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc