×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Affaires

Anapec: Un plan de développement 2009-2012

Par L'Economiste | Edition N°:2913 Le 02/12/2008 | Partager

. 230.000 insertions prévues par le programme «Idmaj». Moukawalati envisage la création de 10.000 entreprises C’EST un bilan globalement positif que dressent les responsables de l’Agence nationale de promotion de l’emploi et des compétences (Anapec), à l’occasion de sa 4e convention annuelle, tenue samedi dernier à Marrakech. Ce rendez-vous qui est devenu une tradition incontournable se caractérise cette année par l’arrivée à terme du contrat-programme entre l’Etat et l’Anapec couvrant la période 2006-2008 et le lancement du nouveau plan de développement pour la période 2009-2012. Ainsi, ce sont quelque 119.140 profils qui ont été insérés, soit une augmentation de 13% par rapport à l’objectif de départ. Les projets agréés par les banques ont été fixés à 1.600 dont 1.200 ont été financés (selon le bilan du programme Moukawalati). Pour ce qui est du programme Taehil, 25.000 opportunités de formation ont été identifiées en vue d’un emploi, de même, un triplement du nombre d’agences entre 2005 et 2008 avec doublement des effectifs des cadres. Toutefois, le bilan relève un déficit pour certains profils, particulièrement les secteurs émergents, un déficit de la culture entrepreneuriale, une altération de l’image du programme Moukawalati, une absence de mesures pour l’emploi pour certaines populations, notamment les non diplômés et absence de couverture sociale pour les contrats-insertions. Parmi les insuffisances ressenties par l’Agence, on note l’insatisfaction des chercheurs d’emploi due à l’insuffisance de la capacité de prise en charge, au déficit de l’accompagnement individuel et au nombre insuffisant d’offres d’emploi proposées. Hafid Kamal, directeur général de l’Anapec, a par ailleurs présenté le plan de développement 2009-2012. «La vision de l’Anapec à l’horizon 2012 se veut stratégique et ambitieuse». L’agence ambitionne d’être la référence en matière de promotion d’emploi, tant pour ses clients que ses partenaires. Son objectif est d’éclairer les politiques d’emploi et de formation professionnelle et contribuer aux synergies à opérer entre les différents acteurs publics et privés. Elle prévoit 230.000 insertions dans le cadre du programme Idmaj, soit le doublement des objectifs par rapport au contrat-progrès 2006-2008. Le programme Taehil prévoit 97.000 opportunités de formation en vue d’un emploi. Alors que le programme Moukawalati envisage la création de 10.000 entreprises avec une ouverture aux non diplômés. Le plan de développement s’est fixé cinq axes: améliorer l’employabilité des chercheurs d’emploi pour faciliter leur insertion dans la vie active; assurer un accompagnement de qualité des employeurs et des investisseurs dans la satisfaction de leurs besoins en recrutements; renforcer le dispositif d’appui à la création d’entreprise; développer l’ouverture sur l’environnement et appuyer les dynamiques régionale et sectorielle et les chantiers nationaux; moderniser le management et mobiliser le capital humain. Notons que le nombre des guichets est passé de 105 en juin 2008 à 179 fin novembre 2008.


Valeur ajoutée

«Parmi les enjeux du futur, figure la nécessité de redorer l’image de l’Anapec en tant qu’établissement public. Et ce, à travers la mise en place d’une politique de communication qui reflète la valeur ajoutée réelle de cette institution, ainsi que son rôle social et économique et la promotion des ressources humaines», indique Jamal Rhmani, ministre de l’Emploi et de la Formation professionnelle. Par ailleurs, il estime qu’il faut aussi améliorer le rendement des institutions publiques et l’utilisation de leurs capacités de manière rationnelle et transparente.Hanane HASSI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc