×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Adecco rassure les marchés

Par L'Economiste | Edition N°:1696 Le 03/02/2004 | Partager

. Le groupe maintient ses dirigeants en place Adecco a éclairci l'horizon des investisseurs vendredi dernier en rassurant sur ses problèmes comptables et en maintenant en place ses dirigeants, qui faisaient l'objet de pressions ces derniers jours.Près de trois semaines après avoir angoissé les marchés financiers en annonçant des problèmes comptables indéterminés dans sa filiale en Amérique du Nord, Adecco a assuré que son conseil d'administration n'y avait découvert “aucune preuve de détournement ou irrégularité majeurs”. Dans un communiqué, le groupe a reconnu “des cas locaux de détournement ou irrégularités, principalement au niveau d'agences dans certains pays”, sans les nommer. Mais Adecco “ne pense pas qu'ils puissent déboucher sur des conséquences financières significatives pour la compagnie dans son ensemble”.C'est un petit message d'espoir qui calme un peu les ardeurs du marché. Des banques suisses comme Leu, BCZ et Vontobel ont relevé leur notation du groupe.Le cours d'Adecco avait perdu plus du tiers de sa valeur le 12 janvier lorsque le groupe avait annoncé le report sine die de la publication de ses résultats annuels à la suite de problèmes comptables. Cette annonce vague avait fait redouter aux marchés un nouveau scandale financier, dans la foulée des faillites de groupes comme l'américain Enron ou l'italien Parmalat.Dans son communiqué, Adecco a par ailleurs fait comprendre que son directeur général, Jérôme Caille, restait aux commandes, alors que des rumeurs de marché le donnaient partant ces derniers jours.Le conseil d'administration a en effet annoncé la nomination de Ray Roe comme PDG d'Adecco pour l'Amérique du Nord en remplacement de Julio Arrieta, qui avait démissionné le 16 janvier. Selon le communiqué, l'endettement net a été ramené à environ 900 millions d'euros fin 2003 contre 1,1 milliard d'euros trois mois plus tôt et la demande de prestations de services d'Adecco depuis le début de 2004 est conforme aux prévisions, en dépit de la crise de confiance.Synthèse L'Economiste

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc