×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Export

Le dernier bilan de la team Maafiri

Par Amin RBOUB | Edition N°:4805 Le 29/06/2016 | Partager
790 entreprises dont 314 primo-exportateurs accompagnés
Une quarantaine de marchés prospectés
maroc_export_005.jpg

Si la balance commerciale a connu une nette amélioration en 2015, c’est surtout grâce au dynamisme enregistré par les exportations et un allègement conséquent de la facture énergétique (Ph. L’Economiste)

136 actions de promotion au profit de 20 secteurs d’activité, menées auprès d’une quarantaine de marchés. C’est le bilan du Centre marocain de promotion des exportations (CMPE) pour l’année 2015. En effet, l’an dernier, Maroc Export a pu accompagner 790 entreprises dont 314 primo-exportateurs. Au total, les équipes du CMPE ont enregistré 3.780 participations à des activités promotionnelles en 2015 contre 1.590 un an auparavant. C’est le bilan des actions promotionnelles tel que défendu par Zahra Maafiri, DG de Maroc Export, lors du conseil d’administration présidé par le ministre de tutelle Mohamed Abbou.
Selon le ministre du Commerce extérieur, malgré une conjoncture internationale difficile en 2015, «la balance commerciale a connu une nette amélioration, grâce au dynamisme enregistré par les exportations et un allègement conséquent de la facture énergétique». De l’avis de la tutelle, «ces tendances favorables ont permis de réduire le déficit commercial de 35 milliards et induit une amélioration conséquente du taux de couverture qui dépasserait 82% à fin 2015. Soit un record jamais réalisé depuis plus de 10 ans».
A ceux qui considèrent que les performances de 2015 sont plutôt la conséquence logique et directe  de la tendance baissière du prix des hydrocarbures, le ministre du Commerce extérieur nuance qu’en plus de la baisse du pétrole, «il y a eu la mise en œuvre d’une panoplie de stratégies sectorielles pour le renforcement des tissus de production et des capacités de l’offre exportable».  Parmi ces stratégies, figure le PAI (Plan d’accélération industrielle) qui a mis le turbo à un certain nombre d’activités orientées export (automobile, aéronautique…). Il y a eu aussi le plan de développement des échanges commerciaux (2014-2016) ou encore le plan triennal de Maroc Export.
Ce bilan somme toute positif est aussi le contexte de la création de la superstructure qui fusionne la promotion des exportations (CMPE) et celle de l’investissement (AMDI) ainsi que le volet foires et salons (Ofec). L’Agence marocaine de développement des investissements et des exportations vient «consolider la coordination des opérations et rationnaliser les moyens humains et financiers » entre les trois structures concernées. «Le Maroc est en train de chercher la meilleure formule pour promouvoir son industrie», explique-t-on auprès de Maroc Export.
Désormais, la logique veut qu’il y ait plus de convergence et donc davantage de cohérence entre l’export et l’investissement, de façon à optimiser les retombées et éviter tant que possible les redondances et autres déperditions de moyens, de données et de messages. Il va sans dire que cette concentration des efforts de promotion économique du Maroc va permettre de mutualiser les moyens pour plus d’efficacité. 

 

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc