×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Les contrats de croissance à l’export rempilent

Par L'Economiste | Edition N°:4478 Le 09/03/2015 | Partager
Lancement de la 3e édition pour 3 ans
Une centaine d’entreprises ciblées à travers le Royaume

Les contrats de croissance à l’export, une véritable aubaine pour l’Asmex. L’ accompagnement financier permettra aux exportateurs de faire face à une conjoncture internationale redoutable

La 3e édition du programme des Contrats de croissance à l’export est lancée. Mis en œuvre afin d’accompagner les entreprises et les coopératives exportatrices pour une durée de 3 ans, ce programme s’inscrit dans le cadre de la stratégie nationale de développement et de promotion des exportations. «Il est destiné à consolider les acquis du secteur des exportations et raffermir son positionnement sur les marchés stratégiques», a indiqué Mohamed Essaber, lors du lancement, jeudi dernier, à Fès. Le représentant du ministère du Commerce extérieur, qui s’exprimait devant plus de 120 opérateurs, a noté que «la stratégie de promotion et de développement des exportations vise une centaine d’entreprises au niveau national». Elle repose sur trois piliers à savoir le ciblage des secteurs et des produits, l’accompagnement des acteurs et le ciblage des marchés afin de consolider la position du Royaume sur les marchés traditionnels et chercher de nouveaux marchés à fort potentiel.
En effet, à travers le programme des Contrats de croissance à l’export, l’Etat veut accompagner les entreprises et les coopératives marocaines exportatrices, ou celles s’engageant à le devenir, dans la mise en œuvre de leurs projets de développement à l’international en leur offrant un appui financier proportionnel à l’évolution de leur chiffre d’affaires à l’export. L’objectif est de renforcer le positionnement des entreprises et coopératives exportatrices, convertir des entreprises exportatrices occasionnelles en unités exportatrices et générer des exportations additionnelles. Une véritable aubaine, selon Hassan Sentissi, président de l’Association marocaine des Exportateurs (Asmex), pour qui l’accompagnement financier des exportateurs ou ceux ambitionnent à le devenir est une urgence si l’on veut faire face aux défis de la conjoncture internationale caractérisée notamment par une concurrence exacerbée. Même son de cloche auprès de Mhamed Skalli, président l’Asmex-Fès, pour qui, «il est temps d’appuyer les PME en mal d’attractivité». Selon lui, «les entreprises de la région, dans leur quasi-totalité des PME vulnérables,  souffrent et sont acculées à un choix shakespearien de délocalisation-relocalisation ou à faire du surplace». Skalli a évoqué «la légitimité de la frustration, le bien fondé des remontrances et la réalité des handicaps structurels qui entravent l’acte d’entreprendre et à fortiori d’exporter dans la région de Fès- Boulemane». Pour autant, la crise n’est pas que dangers et tensions et la résignation n’est pas une fatalité. Cette situation peut au contraire  être source d’interrogations, de prise de conscience, de défis à relever  et de nouvelles opportunités à chercher. Agir  positivement dans ce contexte exige un pré-requis. A commencer par l’instauration d’un climat de confiance en tant que condition sine qua non à même de susciter l’appétence à entreprendre et ensuite à réussir sa  projection à l’international.
Pour y arriver,  la délégation régionale de l’Asmex entend participer à la promotion d’une culture de solidarité qui permettra d’identifier les véritables maux dont souffres les exportations régionales. Il s’agira également d’adapter les mécanismes incitatifs  aux spécificités des entreprises de la région et œuvrer pour l’amélioration de leur compétitivité à l’international. Pour cela, l’entreprise exportatrice doit être au cœur d’une stratégie volontariste emportant l’adhésion active de toutes les institutions ayant compétence en matière de développement économique. «In fine, nous voulons  élaborer des contrats programmes régionaux, mettre en place un mécanisme de veille et de suivi des recommandations, cibler des entreprises leaders pour en faire des locomotives dans leurs secteurs d’activités, et développer le marketing territorial au-delà des limites du découpage actuel», conclut Skalli.

Offre exportable

Pour Abdou Jouahri, consultant et ancien président de l’Asmex-Fès, «afin d’améliorer l’offre exportable de la région de Fès-Boulemane, il est nécessaire de lancer une opération complexe, visant d’une part à identifier et à réserver un territoire bien placé pour des zones logistiques et industrielles, et d’autre part étudier les conditions économiques du succès». Outre l’étude de marché, Jouahri propose d’esquisser «la définition de la clientèle cible, la détermination des actions d’accompagnement nécessaires montage financier et institutionnel, de marketing et d’organisation et de recherche des clients potentiels et notamment des entreprises qui pourraient servir de « locomotives » pour lancer l’opération». «Il s’agit de beaucoup plus que d’une simple démarche d’urbanisme réglementaires ou de l’équipement d’un terrain en infrastructure. Il s’agit de concevoir de lancer et de gérer une véritable opération de développement. A l’instar d’une entreprise», explique le consultant.

Youness SAAD ALAMI

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc