×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

Rhodia envisage un plan social

Par L'Economiste | Edition N°:1661 Le 12/12/2003 | Partager

. 572 postes sont menacés dans l’HexagoneLe groupe français de chimie Rhodia a annoncé mercredi qu’il envisageait de supprimer 572 emplois. Les salariés s’étaient mobilisés dans la journée sur plusieurs sites en France contre ce plan de restructuration mondiale. «Ces premières mesures s’intègrent dans un plan de réduction des coûts qui permettra d’atteindre des économies d’environ 120 millions d’euros dès 2005, avec un plein effet de 165 millions d’euros en 2006».Ces réductions d’effectifs interviendraient dans le cadre de la suppression, annoncée fin novembre, de près de 1.000 postes dans le monde, dont 728 en Europe. Selon Maurice Rognin, coordinateur CGT du groupe, les postes supprimés concernent les «fonctions supports», c’est-à-dire les fonctions administratives, juridiques, financières, recherche, etc. La direction de Rhodia a précisé que ces postes seraient regroupés dans l’unité «Rhodia Services». Les chercheurs seront regroupés dans l’entité Rhodia Recherches et les personnels des bureaux d’études dans l’entité Rhoditech.Mais les syndicats redoutent que les réductions d’effectifs ne soient plus importantes à l’avenir: «Si Rhodia mettait en oeuvre son projet de cessions et de fermetures de sites de fabrication, cela provoquerait une deuxième vague» de suppressions d’emplois, toujours sur les fonctions supports, a ainsi affirmé Rognin. Selon le responsable cégétiste, les principaux sites menacés sont ceux de Mulhouse, ainsi que certains ateliers du site de Saint-Fons, près de Lyon.Rhodia, qui affiche des pertes récurrentes depuis deux ans et négocie avec les banques pour refinancer une dette de 2,13 milliards d’euros, emploie 24.500 salariés dans le monde, dont 9.500 en France. (AFP)

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc