×
+ L'ÉDITO
Par Khalid BELYAZID
Le 29/11/2021
Explications

A la moindre blessure, on coupe tout le membre pour éviter la gangrène; c’est la médecine du Moyen...

+ Lire la suite...
Recevoir notre newsletter

Maroc-Suisse - Une belle histoire de l’art

Par Amine BOUSHABA | Edition N°:6119 Le 22/10/2021 | Partager
Un marché des plus influents
Des artistes contemporains recherchés des grands collectionneurs
Des musées prestigieux
urs-fischer-019.jpg

L’œuvre emblématique de l’artiste zurichois Urs Fischer a attiré les regards du monde entier lors de l’exposition de la collection Pinault à Paris (Ph. DR)

Son installation monumentale a attiré les regards du monde entier, lors de l’ouverture de l’exposition de la collection Pinault, à la Bourse de Commerce à Paris, en mai dernier. Présentée dans la Rotonde, l’installation la plus célèbre de l’artiste suisse Urs Fischer «Untitled, 2011» est montrée pour la première fois en France. Fischer l’a repensée à l’échelle du site, une «place publique» couverte d’une coupole culminant à presque 40 mètres.

L’œuvre emblématique est composée de sculptures en cire, il s’agit d’un groupe de bougies monumentales que l’on allume au premier jour de leur exposition: la réplique grandeur nature d’un célèbre groupe sculpté de la période maniériste L’Enlèvement des Sabines (1579-1582) de Giambologna, sept chaises diverses (d’un tabouret africain à la banale chaise plastique en passant par le fauteuil d’avion),  que contemple l’effigie de l’artiste Rudolf Stingel (ami et pair d’Urs Fischer).

Au fur et à mesure de son exposition et de la consumation, l’œuvre exprime l’impermanence et la destruction créatrice. L’artiste Zurichois, irrévérencieux par excellence, compte aujourd’hui parmi les artistes contemporains les plus recherchés au monde par les grands collectionneurs. Autre artiste plasticienne, dont les travaux ont largement dépassé les frontières helvétiques: Pipilotti Rist.

Artiste visuelle mêlant la vidéo, la sculpture et les bandes sonores, ses œuvres éblouissantes plongent le spectateur dans des projections colorées qui explorent la relation entre la nature, le corps, le genre, la sexualité et la technologie.

rist-pipilotti-019.jpg

L’artiste, Rist Pipilotti,  décrit ses œuvres comme des «utopies alternatives». Son travail a été exposé notamment au MoMA de New York, au Musée d’art contemporain de Houston, au Centre Pompidou (Ph. © P. Rist)

L’artiste, qui décrit ses œuvres comme des «utopies alternatives», a notamment montré son travail au M2A de New York, au Musée d’art contemporain de Houston, au Centre Pompidou à Paris ou encore au Musac de Castilla y León et lors de la 51e Biennale de Venise.

Dans le sillage de ces grands noms, une multitude d’artistes, émergent ou installés, audacieuse et exubérante, s’exprime très loin d’une image d’Epinal faite de chalets alpins et de cimes enneigées.  Il faut dire que le pays, malgré sa modeste taille, est l’un des plus influents sur l’échiquier de l’art international. Si les deux places fortes de l’art restent Zurich et Bâle, les villes de Lausanne et Genève ne sont pas en reste.

La capitale économique est le siège d’une dizaine de musées consacrés à l’art (dont le fameux Kunsthaus, doté de fabuleuses collections impressionnistes) et de plus d’une centaine de galeries, dont quelques-unes des plus influentes. 

Bâle, de son côté, est le siège de la plus grande foire d’art au monde, Art Basel, qui fête son cinquantième anniversaire et où quelque 300 galeristes brassent en cinq jours des centaines de millions de dollars. La ville de Genève a tôt fait de se greffer à la locomotive avec l’ouverture du Musée d’art moderne et contemporain, dès 1994.

C’est également dans cette ville que se sont installées maisons de vente Sotheby’s, Christie’s.  Quant à la ville de Lausanne, elle est détentrice de l’une des plus belles collections d’art brut au monde, issue d’une donation de Jean Dubuffet.

Il faut dire que l’engouement des Suisses pour l’art ne date pas d’hier, le pays est considéré comme une terre de collectionneurs. Les familles industrielles ont d’ailleurs joué un grand rôle dans la constitution d’un patrimoine très significatif, à l’instar de la collection Oskar Reinhart à Winterthour ou celle d’Emmanuel Hoffmann à Bâle.

musees-019.jpg

La fréquentation des musées a augmenté de 6% en 2019 pour atteindre 14,2 millions de visiteurs (Ph. DR)

Le pays des mille et cent musées

Rares sont les pays du monde à abriter autant de musées que la Suisse, par rapport au nombre d’habitants. La Confédération ne compte pas moins de 1.129 musées, selon le recensement de l’Office fédéral de la statistique (2019).Musée des sciences naturelles, musées d’archéologie, d’histoire et d’ethnographie, musée international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge… l’offre muséale est extrêmement variée et attire Suisses et touristes en masse. La majorité de la population suisse a fréquenté des musées, expositions ou galeries en 2019 (71%). Ils font ainsi partie des institutions culturelles les plus fréquentées, juste derrière les monuments et sites (74%) et les concerts en tout genre (72%). Les institutions muséales ont totalisé 14,2 millions d’entrées cette même année. Si le Kunsthaus, le Musée Rietberg à Zürich, la Fondation Beyeler, la Maison des arts électroniques à Bâle, le Musée d’art et d’histoire à Genève ou encore Château de Beaulieu qui abrite la célèbre collection d’art brut à Lausanne font partie des musées les plus prisés, on peut constater que 60 musées les plus fréquentés cumulent près de 9 millions d’entrées, soit près des deux tiers du total de l’année. L’ensemble des institutions conservent quelque 75,2 millions d’objets. Les musées de sciences naturelles sont ceux qui, au total, conservent le nombre le plus élevé d’objets...

A.Bo

 

La suite est réservée à nos abonnés.

Dèjà abonné ? S'abonner pour lire la suite