×
+ L'ÉDITO
Par Khalid BELYAZID
Le 29/11/2021
Explications

A la moindre blessure, on coupe tout le membre pour éviter la gangrène; c’est la médecine du Moyen...

+ Lire la suite...
Recevoir notre newsletter

Quel avenir pour l’industrie du cannabis?

Par Ali ABJIOU | Edition N°:6117 Le 19/10/2021 | Partager
Les applications du chanvre en discussion ce week-end à Tanger
Industrie, médecine, des applications qui pèseront plus de 200 milliards de dollars en 2028

Le cannabis entreprend sa métamorphose. En l’espace de quelques années, cette plante aux multiples utilisations aura pris sa place au sein de l’économie marocaine.

cannabis-017.jpg

Le cannabis a plusieurs applications allant de la construction à l’industrie en passant par la médecine et l’automobile (Ph. Adam)

Pour s’y préparer, l’Association marocaine consultative d’utilisation du cannabis (AMCUC)  prépare le terrain.  Elle compte organiser du 22 au 24 octobre prochains, la 1re conférence internationale sur les potentialités thérapeutiques et industrielles du chanvre dans la ville de Tanger.

Le but de la rencontre est de discuter de la nécessité d’accélérer l’usage du cannabis dans l’industrie et de tirer profit des différents bienfaits de cette plante disponible au Maroc, surtout après la légalisation de son utilisation.

Y participeront des chercheurs, des hommes d’affaires et des industriels de plusieurs pays, dont les États-Unis, le Canada, l’Espagne, les Pays-Bas et le Maroc.
L’AMCUC est déjà à l’origine de l’organisation d’une rencontre sur le même thème à Tanger en mai dernier.  
En effet, la légalisation du cannabis n’est plus une affaire de stupéfiants après que l’ONU ait retiré la plante de la liste des stupéfiants en décembre 2020.

Ce déclassement, établi sur la base des recommandations de l’OMS, a ouvert la voie à une utilisation plus poussée des dérivés du cannabis dans la médecine. Plusieurs pays, ayant anticipé ce changement , ont déjà amélioré leurs cultures et lancé une recherche sur les applications tant médicales qu’industrielles du chanvre.  
Le jeu en vaut la chandelle, le marché international des dérivés licites du cannabis, qui connaît une croissance rapide, devrait atteindre les 200 milliards de dollars à l’horizon 2028.

Le potentiel est là, les utilisations du chanvre sont illimitées avec des niches qui vont au-delà du médical sans oublier la mode ou même la construction. Les fibres issues du chanvre sont biodégradables et peuvent même servir de remplacement pour bon nombre de sous-produits de l’industrie pétrolière, une véritable recette de succès pour cette plante. Selon les experts, le cannabis contient plusieurs molécules très prometteuses au niveau pharmacologique et la loi 13.21 relative aux usages licites du cannabis devra en accélérer la recherche et l’utilisation.

culture-cannabis-017.jpg

De nombreux espoirs sont portés sur le cannabidiol, l’une des 200 cannabinoïdes, molécules «miraculeuses» contenues dans le cannabis. Le CBD comme l’ont baptisé les chimistes possède des effets relaxants sans accoutumance et permettrait de booster l’immunité, que des études scientifiques en cours tentent de valider. Il s’agirait pour le Maroc de renforcer les plantations en souches de cannabis à fort dosage en CBD et en faible teneur en THC, la molécule responsable de l’effet «défonce» et addictif du cannabis.

Le Maroc qui part avec un certain retard par rapport à d’autres pays comme le Canada, déjà lancés dans la course au cannabis, ne part pas si mal.  L’Université Abdelmalek Essaâdi a déjà entamé des recherches sur cette plante depuis plus de 30 ans, un effort qui sera encouragé par le changement de la réglementation sur l’usage licite du cannabis.

Ali ABJIOU

 

La suite est réservée à nos abonnés.

Dèjà abonné ? S'abonner pour lire la suite