×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Vaccination anti-Covid: Comment fonctionnera la grosse machine

Par Mohamed CHAOUI | Edition N°:5891 Le 25/11/2020 | Partager
Des commissions pour les achats, la formation, la communication...
Une filière du froid spécialement dédiée est prévue

Pour le programme de vaccination, le ministère a mis en place des commissions centrales chargées de préparer les documents et les plans pour l’achat de dispositifs nécessaires, en fonction de la stratégie nationale. Une commission technique doit élaborer les guides autour du vaccin et la formation des équipes de vaccination avant le lancement de l’opération. Quant à la commission médicale, elle est chargée d’encadrer l’autorisation d’utilisation du vaccin dans tout le pays.

confinement-091.jpg

La stratégie de vaccination est en marche et elle se déroulera selon des règles strictes. Sur le plan de l’administration territoriale, l’implication des walis et des gouverneurs sera décisive. Il s’agira d’informer sur le contenu de la stratégie nationale de vaccination

En outre, la commission logistique se concentre sur la filière du froid pour conserver la qualité du vaccin, depuis l’étape de son arrivée à celle de son utilisation sur le terrain. Une autre commission prépare une stratégie nationale de communication qui devra démarrer dans les prochains jours.

L’objectif est de mobiliser tous les acteurs et de faciliter l’accès au vaccin à toute la population-cible. La dernière commission s’occupera du suivi et de l’évaluation. Elle est tenue de préparer un plan d’action et les mécanismes nécessaires pour l’enregistrement des bénéficiaires et du suivi de leur situation médicale durant la période de vaccination.

Compte tenu de l’ampleur de cette opération de vaccination et de sa mise en œuvre sur le terrain au niveau territorial, il a été décidé la création d’une commission technique, composée des ministères de la Santé et de l’Intérieur. Elle se réunit régulièrement pour la préparation et la finalisation des opérations de terrain.

vaccin-anti-covid-091.jpg

(Ph. AFP)

Sur le plan de l’administration territoriale, l’implication des walis et des gouverneurs sera décisive. Il s’agira d’informer sur le contenu de la stratégie nationale de vaccination, l’ensemble des services déconcentrés et de généraliser les aspects opérationnels et techniques auprès des représentants des directions régionales de la Santé. En outre, il est nécessaire d’accompagner les directions régionales du ministère de la Santé, par des réunions encadrées des équipes centrales, avec la présence des directeurs régionaux, et des délégués de ce département dans les provinces, sous la présidence des walis et gouverneurs.

L’objectif est d’engager des discussions approfondies et détaillées sur le contenu des plans provinciaux en vue de les valider définitivement à tous les niveaux.

                                                                            

Le dilemme de l’oxygène

reanimation-091.jpg

(Ph. AFP)

Pendant la période de pandémie, la consommation d’oxygène a été multipliée par 15. Son coût varie entre 1,5 et 3 millions de DH tous les 4 mois pour 100 lits de réanimation.
 A cause de la pression sur l’approvisionnement en oxygène dans les établissements hospitaliers et les hôpitaux de campagne, le département de la Santé est intervenu de manière urgente, a indiqué le ministre. Il a ainsi procédé à la rénovation du réseau des liquides médicaux de 20 centres hospitaliers à travers le pays. A cela s’ajoutent l’achat et l’installation de 9 citernes d’oxygène au niveau des hôpitaux Mohammed V à Tanger, Ibn Tofail à Marrakech, au CHU d’Oujda, Sidi Said à Meknès et l’hôpital Hassan II d’Agadir, l’hôpital régional de Béni Mellal, le centre hospitalier provincial de Ouarzazate et l’hôpital régional Moulay Youssef de Casablanca. Les travaux d’installation de 7 nouvelles citernes sont en cours dans les centres hospitaliers de Nador, Saidia, Sidi Bernoussi, Hay Hassani, Sidi Moumen, Ben Msik et Nouaceur. Idem pour l’équipement de 5 générateurs d’oxygène dont 3 dans la région de Marrakech-Safi, un à Oujda dans l’hôpital Al Farabi et un autre à Guercif. De même, le ministère prévoit l'achat d'un générateur pour l’hôpital Moulay Abdallah de Salé. Le ministère a également engagé la mise à niveau urgente et continue des capacités du système de santé. Il a acheté des équipements médicaux techniques et les dispositifs, literies et mobilier hospitalier. Les appareils d’imagerie ne sont pas en reste.
Le ministère a acheté 31 scanners, 73 radiographies mobiles, 207 échographes, 746 concentrateurs et la mobilisation de 1.151 respirateurs artificiels dont 426 appareils pour l’aide d’urgence, 283 ECG, 113 stéthoscopes,…
M.C.

 

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc