×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Vaccin contre le Covid-19: Une bonne dose d’espoir injectée

Par Fatim-Zahra TOHRY | Edition N°:5882 Le 11/11/2020 | Partager
Premiers résultats encourageants pour lutter contre la pandémie
L’urgence de santé publique et les exigences de sécurité pris en compte
Une compétition aux enjeux sanitaires mais aussi financiers

L’annonce par le groupe pharmaceutique Pfizer et son partenaire allemand BioNTech que leur vaccin contre la pandémie Covid-19 «réduisait de 90% le risque de tomber malade du virus» a suscité un immense espoir à travers le monde. Les Etats-Unis ont estimé qu’ils pourraient avoir un vaccin autorisé d’ici quelques semaines et l’Union européenne début 2021, rapporte la presse étrangère.

L’annonce a immédiatement provoqué une vague d’optimisme et un bond des Bourses mondiales. Le DG de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesus, a jugé l’annonce «encourageante», tout en saluant «une innovation et une collaboration scientifique sans précédent pour mettre fin à la pandémie!».

Voici le point sur la course au vaccin aux enjeux sanitaires et financiers.

■ Les candidats vaccins
 Dans son dernier point, le 3 novembre 2020, l’OMS recense 47 «candidats vaccins» évalués dans des essais cliniques sur l’homme à travers le monde (contre 11 à la mi-juin). Dix en sont au stade le plus avancé, la phase 3, où l’efficacité du vaccin est mesurée à grande échelle sur des dizaines de milliers de volontaires répartis sur plusieurs continents. Parmi eux, celui de la société américaine Moderna, de l’alliance germano-américaine BioNTech/Pfizer, de plusieurs laboratoires chinois, un projet européen mené par l’Université d’Oxford avec le Britannique AstraZeneca ou encore le vaccin Spoutnik V, développé par la Russie et son institut de recherche Gamaleïa. Les 37 autres en sont encore à la phase 1 (qui vise avant tout à évaluer la sécurité du produit) ou à la phase 2 (où on explore déjà la question de l’efficacité). L’OMS comptabilise en outre 155 projets de vaccins en phase pré-clinique. Les laboratoires ont misé sur des méthodes différentes, certaines déjà éprouvées dans l’histoire de la vaccination, d’autres inédites.

■ Des résultats encourageants
 En publiant lundi 9 novembre des résultats intermédiaires d’un essai de phase 3, Pfizer et BioNTech sont les premiers à affirmer que leur vaccin est «efficace à 90%» pour empêcher une contagion par le nouveau coronavirus. Ils n’ont toutefois pas encore rendu publiques les données de l’essai lui-même, qui est toujours en cours. Pour l’instant, seuls des résultats préliminaires (phases 1 et/ou 2) ont été publiés dans des revues scientifiques, tels ceux du vaccin chinois de Sinopharm dans la revue The Lancet Infectious Diseases ou ceux du vaccin russe, de l’université d’Oxford, du Chinois CanSino et de Moderna. Globalement, ces résultats sont jugés encourageants et montrent que les vaccins en question ne provoquent pas d’effets secondaires graves et entraînent une bonne réponse immunitaire, est-il expliqué.

■ Les exigences de sécurité
 Début août, Vladimir Poutine a annoncé que son pays avait développé le premier vaccin contre le Covid-19, avant même la publication des résultats préliminaires et l’entrée dans la phase 3. Et les autorités chinoises ont déjà donné leur feu vert à une utilisation d’urgence de certains de leurs vaccins. Du point de vue économique, des levées de fonds internationales ont été lancées par les Etats et de grosses fondations, et des accords de pré-réservation ont été passés avec les principaux laboratoires. Cela permet aux entreprises de mettre en place le processus industriel de fabrication de leur vaccin en même temps qu’elles travaillent à son élaboration, deux étapes d’habitude distinctes. «Ce qui est différent avec les vaccins contre le Covid-19, c’est que les délais de développement et d’approbation potentielle sont bien plus rapides à cause de l’urgence de santé publique», explique l’Agence européenne du médicament (EMA). Toutefois, «les exigences de sécurité pour ces vaccins sont les mêmes que pour les autres et ne seront pas abaissées en raison de la pandémie», assure-t-elle.

covid-vaccins-082.jpg

                                                                                

Concilier vitesse et sécurité

Il y a actuellement 259 candidats vaccins à l’étude, selon la London School of Hygiene and Tropical Medicine. Les tests de phase 3 du vaccin chinois CoronaVac ont été suspendus au Brésil après «un incident grave» chez un volontaire. Le laboratoire chinois Sinovac Biotech s’est dit «confiant dans la sûreté du vaccin, tout en affirmant que l’incident en question au Brésil était sans rapport avec le vaccin».
Pour concilier vitesse et sécurité, l’EMA a mis sur pied une procédure accélérée. Celle-ci lui permet d’examiner les données de sécurité et d’efficacité des vaccins au fur et à mesure de leur parution, avant même qu’une demande formelle d’autorisation soit déposée par le fabricant. Deux projets de vaccin sont soumis à cet examen continu depuis début octobre, ceux d’Oxford/AstraZeneca et de BioNTech/Pfizer. Moderna espère devenir bientôt le troisième. Aux Etats-Unis, BioNTech/Pfizer dit vouloir soumettre sa demande d’autorisation dès la semaine prochaine et Moderna prévoit également de le faire avant fin novembre. Pour rappel, deux essais de phase 3 ont été suspendus ces derniers mois pour des raisons de sécurité. Début septembre, celui d’Oxford/AstraZeneca a été suspendu en raison d’une maladie inexpliquée chez un participant. Il a repris après quelques jours au Royaume-Uni et dans d’autres pays et fin octobre aux Etats-Unis. Mi-octobre, le groupe pharmaceutique Johnson & Johnson, à son tour, avait dû interrompre quelques jours son essai, là encore «en raison d’une maladie inexpliquée». Dans les deux cas, l’essai a été suspendu pour vérifier si ces maladies étaient liées au vaccin ou à autre chose. «C’est pourquoi ces interruptions ne doivent pas être vues comme une mauvaise nouvelle, mais au contraire comme un point rassurant», selon les experts.
Même si les recherches aboutissent, il restera une question de taille: «les gens accepteront-ils de se faire vacciner, dans un contexte de défiance grandissante?». A suivre. 

F.Z. T.

 

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc