×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

France: L’impact Covid a disparu

Par Nadia SALAH | Edition N°:5854 Le 30/09/2020 | Partager
Comparaisons avec le Maroc

Quelque 270 médecins en France se sont élevés pour contester ce lundi 28 septembre 2020 les mesures de reconfinement partiel, prises par les services de l’Etat et des régions. Les pétitionnaires souhaitaient publier leur texte dans le Journal du Dimanche, très connu sous le sigle JDD. Mais à la dernière minute, la publication en a été refusée. Ils se sont rabattus vers Médiapart, canal connu pour sa ligne contestataire, mais dans le blog du sociologue, Laurent Mucchielli . Ce qui signifie que la rédaction de Médiapart ne prend pas la responsabilité des idées publiées.

retraite-054.jpg

 Les causes de décès sont ici indifférenciées. Le comptage se fait au jour le jour, ce qui n’existe pas au Maroc

Sur le fond le texte est proche de celui que quatre médecins marocains ont publié dans les colonnes de L’Economiste, le 21 septembre 2020, sur un ton un peu moins dur. Mais les arguments sont les mêmes, alors qu’en droit marocain le principe de précaution n’existe pas. Ce qui veut dire qu’on ne peut pas reprocher, après coup, aux décisionnaires d’avoir pris une mauvaise décision, soit au nom d’intérêts particuliers, soit au nom de conséquences encore inconnues de la science.

Autre différence, le Maroc n’a pas de relevé journalier des décès, comme il en existe en France (voir graphique). On ne peut donc pas comparer finement le nombre de morts, d’une année sur l’autre. Seule une comparaison globale est possible, à l’instar de celle faite par les quatre professeurs marocains. On peut dire qu’en moyenne 493 personnes meurent chaque jour. 36% sont le résultat de maladies cardio-vasculaires.

Il est intéressant de noter que cette comparaison globale marocaine se comporte comme la comparaison fine française. L’exception concerne les décès de mars/avril, très élevés en France, très réduits au Maroc: le confinement de départ dans le Royaume a réussi sa mission de ralentir la pandémie de manière à préparer un système de santé capable d’accueillir les malades. Par la suite, les choses ont dérapé, comme en France.

La courbe de l’INSEE montre la chute du nombre de morts journaliers (avec ou sans coronavirus), lesquels ne reprennent pas par la suite. Cette chute est très proche de la mortalité des deux années précédentes. Ce qui signifie que l’impact du Covid s’est fondu dans l’ensemble des décès et qu’il est donc devenu très faible.

A noter que les pointes montées par les années 2018 et 2019, correspondent à la mortalité aggravée des périodes de fortes chaleurs. On ne sait pas si ce phénomène existe aussi au Maroc.

N.S.

https://blogs.mediapart.fr/laurent-mucchielli/blog/270920/il-est-urgent-de-changer-de-strategie-sanitaire-face-la-covid-19
https://leconomiste.com/article/1067442-coronavirus-la-realite-de-la-pandemie-au-maroc

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc