×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Régions

Tanger: Retour graduel à la normale dans les hôpitaux

Par Ali ABJIOU | Edition N°:5849 Le 23/09/2020 | Partager
Baisse notable du nombre de cas Covid, avec une vingtaine de cas critiques
Les centres de santé pourront enfin souffler

Ouf de soulagement dans les hôpitaux de Tanger-Tétouan-Al Hoceïma. A Tanger, la baisse des infections et la stabilisation du nombre de cas confirmés a permis le démarrage d’un retour à la normale de l’activité des hôpitaux de la région. C’est le cas des centres hospitaliers Mohammed VI et Kortobi qui pourront accueillir des malades souffrant d’autres pathologies.

hopital-tanger-049.jpg

A Tanger, la baisse des infections et la stabilisation du nombre de cas confirmés a permis le démarrage d’un retour à la normale de l’activité des hôpitaux de la région. C’est le cas des centres hospitaliers Mohammed VI et Kortobi qui pourront accueillir des malades souffrant d’autres pathologies (Ph. AA)

Pour les malades Covid, les cas critiques ne dépassent pas la vingtaine. Ils seront pris en charge dans l’hôpital Duc de Tovar, où selon des proches du corps médical, le circuit de traitement est maîtrisé et les risques moindres. Actuellement, la moyenne des cas enregistrés avoisine les 800 par semaine dans l’ensemble de la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceïma, alors que fin juillet, la seule ville de Tanger enregistrait plus de 400 par jour.

La raison qui se cache derrière ce retournement de situation est la rapidité et la fermeté avec laquelle les autorités de la ville ont réagi face au risque de propagation du virus. C’est le cas de la décision du maintien en zone 2 de Tanger et du reconfinement de plusieurs quartiers de la ville, ainsi que de la fermeture des zones industrielles durant plus de deux semaines, à l’occasion des vacances de l’Aïd el Kebir.

Par contre, la moyenne des contagions a augmenté de manière sensible dans les villes de Tétouan, et tout dernièrement, d’Al Hoceïma. Pour la ville de la Colombe blanche, il s’agirait vraisemblablement du pic d’infections qui suivrait les vacances d’été. Pour la ville d’Al Hoceïma, la montée des cas est due à la récente installation d’un laboratoire d’analyses dédié au Covid, ce qui a eu pour effet mathématique d’augmenter le nombre de cas.

Mais le risque d’une progression des infections pèse lourdement sur la ville de Tanger avec la relance de l’activité industrielle, et surtout, le démarrage de l’année scolaire. Les premiers cas d’infection dans le monde scolaire ont commencé à être enregistrés.

                                                                                  

Deux lycées fermés

lycee-tanger-classe-049.jpg

Les infections au Covid-19 dans le milieu scolaire ont déjà fait leur apparition à Tanger. Dimanche dernier, la Délégation régionale de l’éducation nationale de Tanger a annoncé la fermeture de deux lycées pour une durée de 14 jours. Il s’agit des lycées Ibn Khatib et Regnault, dépendant de la mission française. Plusieurs cas ont été détectés parmi les élèves de ces établissements qui seront fermés par mesure de précaution. Le lycée Regnault a annoncé qu’il procédera au test de trois de ses classes et de l’ensemble de son personnel. L’enseignement sera en mode distanciel tout au long de cette période.

De notre correspondant permanent, Ali ABJIOU

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc