×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Déchets ménagers des patients Covid: Faut-il s’inquiéter?

Par Noureddine EL AISSI | Edition N°:5829 Le 26/08/2020 | Partager
Craintes de la commune à Rabat
La délégation de la santé rassure sur la sécurisation du circuit

La détérioration de la situation épidémiologique de ces dernières semaines a conduit à la mise à jour du protocole de prise en charge des cas Covid-19, de la gestion de leurs contacts et de la stratégie du dépistage. Cette actualisation a fait l’objet d’une circulaire du ministère de la Santé, datée du 5 août 2020.

Parmi les nouvelles dispositions adoptées, la prise en charge à domicile, sous certaines conditions, des cas confirmés asymptomatiques. Ceci permettra certainement de soulager les structures hospitalières à un moment où on assiste à un accroissement inquiétant du nombre de malades.

«A l’instar des autres villes du Royaume, Rabat est engagée dans l’application de cette procédure avec déjà une trentaine de cas asymptomatiques qui suivent leur traitement à domicile, au sein d’une vingtaine de ménages», confie une source proche du dossier. «Le suivi du traitement se déroule dans de bonnes conditions avec des bilans de contrôle satisfaisants», indique un responsable de la délégation de la Santé à Rabat.

Une satisfaction non partagée par Lahcen Elomrani, 1er Vice-président de la commune de Rabat, qui pointe du doigt l’approche préconisée par le ministère de la Santé pour le traitement des déchets issus des ménages abritant les malades Covid-19. Pour lui, ces rejets doivent être assimilés à des déchets médicaux, ou le cas échéant, à des déchets dangereux.

«Un traitement dédié, réalisé par une société spécialisée avec un circuit qui conduit en fin de parcours à une incinération, doit être adopté», estime Elomrani.  «En ma qualité de responsable du service des déchets au niveau de la commune, j’ai adressé un courrier dans ce sens au délégué de la Santé à Rabat, afin d’agir contre une éventuelle prolifération du virus», ajoute-t-il. Les sociétés de la collecte seront également sensibilisées sur ce sujet en les rappelant au strict respect des clauses des contrats qui portent sur les déchets ménagers et assimilés.

La délégation de la Santé tient, pour sa part, à rassurer quant à la sécurisation du circuit adopté pour le traitement de ces déchets, dans laquelle le Bureau communal d’hygiène (BCH) est impliqué. «Ils sont considérés comme infectieux, avec un circuit complètement différent de celui réservé aux déchets ménagers», explique le responsable de la délégation de la santé.

En plus de la sensibilisation, un suivi des conditions de traitement des malades à domicile se fait quotidiennement par téléphone par les services de la délégation, selon le responsable. 

Les consignes de la tutelle

La circulaire du ministère de la Santé précise qu’un circuit de déchets individuel pour les cas Covid-19 en traitement à domicile est nécessaire. Les déchets produits doivent être mis dans un sac en plastique fourni par les services de la délégation de la Santé. Une pulvérisation par une solution désinfectante à base d’eau de Javel diluée au 1/6ième doit être appliquée au fur et à mesure de la mise en plastique. Une fois le sac rempli, il doit être fermé et désinfecté de l’extérieur par la même solution, avant d’être éliminé, par la suite, dans le circuit des déchets ménagers.

N.E.A.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc