×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Fret maritime: La Chine et la Turquie baissent les prix du conteneur

Par Abdelaziz GHOUIBI | Edition N°:5797 Le 06/07/2020 | Partager
Les offres émanent de 7 ports ciblant Casablanca
Des incertitudes pèsent encore sur la tendance à l’international

Le fret maritime va-t-il s’orienter réellement à la baisse? Du moins pour ce qui est du transport maritime conteneurisé. Alors que les grandes compagnies opposaient une résilience face aux prémices de consolidation de l’offre. 

fret-maritime-097.jpg

 Selon nos sources, le tarif départ ports chinois pour le conteneur 20 pieds était négocié, il y a une semaine à 1.500 dollars la boîte alors que celui de 40 pieds s’élevait à 2.700 dollars. Pour ce qui est des conteneurs départ ports de Turquie, la baisse est estimée entre 15 et 20%

Exceptionnelle par son ampleur, la crise sanitaire du Covid-19 a conduit néanmoins six des dix plus importants armements conteneurisés mondiaux à solliciter des aides d’Etat. Pour éviter l’érosion de leurs taux de fret mis sous pression par la baisse des volumes, ils ont retiré 3 millions de conteneurs équivalents vingt pieds.

Selon Xeneta, la plateforme dédiée au marché du fret maritime, des annulations massives auraient également affecté le mouvement des voyages. Le tout pour prémunir le fret contre des baisses éventuelles des prix.

Mais voilà que deux pays ouvrent le bal avec des réductions significatives des tarifs. A en croire une annonce d’une agence maritime casablancaise, la Chine vient d’appliquer des baisses de l’ordre de 75 à 100 dollars le conteneur selon la capacité à partir de 5 ports vers Casablanca.

De son côté, la Turquie a baissé ses tarifs pour des départs destinés à Casablanca à partir des ports d’Istanbul et d’Izmir. Les réductions appliquées sur les tarifs turcs varient, selon nos sources, entre 15 et 20%, voire plus pour les conteneurs 40 pieds en hauteur.

La Chine, c’est connu, assure le tiers de la production industrielle mondiale. C’est donc de bonne guerre de s’assurer aussi bien l’écoulement de ses marchandises que son approvisionnement en matières premières.

Au-delà, plusieurs incertitudes demeurent comme l’impact de la propagation décalée dans le temps et les zones géographiques du Covid-19, et la vigueur des relances économiques dans les pays sortis de la crise sanitaire. Il est donc difficile de prévoir un retour conséquent des volumes d’ici à la fin de l’année.

Quel que soit le type de transport maritime: conteneur, groupage ou encore navire roulier, plusieurs éléments doivent être pris en compte. En particulier les  cours du pétrole, les volumes des flux commerciaux, ou encore les taxes portuaires et douanières. Sans oublier les délais nécessités par les différentes opérations de manutention portuaire.

A titre d’exemple, certains sont sur-fréquentés et congestionnés. Les navires doivent attendre pour décharger leurs marchandises. Dans cette situation, il y a des surcharges supplémentaires.

A.G.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc