×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 126.058 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 155.275 articles (chiffres relevés le 26/5 sur google analytics)
Economie

Croissance: Le CMC prévoit moins de 1%

Par Khadija MASMOUDI | Edition N°:5725 Le 24/03/2020 | Partager
La hausse du PIB ne dépasserait pas 0,8% contre une prévision initiale de 4,6%
Il doute de l'effet de la baisse du taux directeur

Les effets dévastateurs du coronavirus et la contre-performance du secteur agricole… deux événements qui fragilisent l’économie. Le Centre marocain de conjoncture (CMC) vient à son tour de publier ses prévisions de croissance: à peine  0,8%.  Bank Al-Maghrib table sur un taux de 2,3%, un niveau identique à celui de l’année dernière mais inférieur aux prévisions initiales.

cmc-025.jpg

Le Centre marocain de conjoncture et la Banque centrale ont revu leurs prévisions de croissance à la baisse. Pour sa part, le Haut commissariat au Plan a prévenu qu’elle sera proche de  2% 

L’ensemble des secteurs seraient en retrait sous les effets multiples déclenchés par la pandémie. En raison de la sécheresse, le secteur agricole devrait afficher une contraction de sa valeur ajoutée en volume d’environ 3%. La campagne agricole 2019-2020 déjà préoccupante se traduirait par une production céréalière qui ne dépasserait pas 40 millions de quintaux.

Les autres secteurs pâtiraient des dégâts causés par le coronavirus mais à des degrés divers allant du ralentissement à la baisse de l’activité. Dans le tourisme, la valeur ajoutée de l’hébergement et la restauration devrait fléchir d’environ 25% puisque la reprise serait lente et difficile. Les services de transport (aérien, ferroviaire et routier) connaîtraient une stagnation de leur valeur ajoutée globale.

L’industrie extractive subirait l’impact du rétrécissement des marchés extérieurs sous l’effet dépressif de l’économie mondiale. Le rythme de sa croissance pour 2020 serait amputé de moitié.  Pour le Centre marocain de conjoncture, la contribution des activités des industries manufacturières resterait modeste et se situerait en deçà des 2%. D’autant que certaines activités ont du mal à trouver des marchés ou sont bloquées par manque d’approvisionnement en matière première et produits intermédiaires. D’autres sont à l’arrêt comme la branche principale de l’industrie automobile.

Les économistes du  CMC anticipent la fin de la crise sanitaire au milieu de l’année et une reprise devrait se faire progressivement sans à-coups. Leurs avis sont mitigés en particulier par rapport à la baisse du taux directeur de Bank Al-Maghrib d’un quart de point. «Cette baisse ne produirait aucun effet immédiat sur l’économie réelle».

En revanche, la politique budgétaire accommodante initiée par la création du fonds spécial de gestion de la pandémie du coronavirus et la solidarité agissante pourraient faire éviter la faillite à plusieurs entreprises et sauver des emplois. Le Centre de conjoncture s’attend aussi à un redressement du prix du pétrole au milieu de l’année autour de 50 dollars et une inflation contenue à un niveau assez bas.

Autre hypothèse: avec l’élargissement de la bande des fluctuations, la parité du dirham pencherait plus vers une réévaluation vis-à-vis du dollar et connaîtrait une dépréciation par rapport à l’euro.

Khadija MASMOUDI

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc