×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Société

Essai automobile / Peugeot 2008: Elle a presque tout de la 3008

Par Amin RBOUB | Edition N°:5723 Le 20/03/2020 | Partager
Montée en gamme du SUV urbain et rupture totale avec l’ancien modèle
Les prix démarrent à partir de 209.900 DH

Rupture  totale de la nouvelle Peugeot 2008 avec  son  prédécesseur.  Le dernier-né des SUV urbains de la marque au lion n’a non seulement rien à voir  avec l’ancien modèle, mais il revendique une silhouette ainsi que des arguments techniques et stylistiques dignes de segments supérieurs. Le constructeur n’a pas lésiné sur les moyens avec une  2008 qui se veut résolument assez proche de la 3008, le best-seller de la marque.

C’est dire que Peugeot parie désormais sur plusieurs compromis: l’audace du design, le plaisir de conduire, l’ergonomie, la technologie embarquée ou encore la fiabilité des motorisations. «C’est désormais la tendance qui va driver l’avenir de la marque», explique le brand manager de la marque sur la zone MEA.

peugeot-2008-023.jpg

Selon le constructeur de la marque au lion, le nouveau SUV urbain 2008 incarne la rupture et le changement des gammes: «Le monde change ! Les nouveaux enjeux appellent des réponses adaptées et audacieuses dans tous les segments de l’automobile» (Ph. Sopriam)

Cet esprit marque désormais l’ensemble des nouveau-nés  du constructeur  sochalien.  Une transition incarnée en un an  avec le lancement de la nouvelle 208, élue Car of the Year en Europe, la rupture initiée par la 2008 ou encore les prochains restylages très attendus en octobre prochain de la 3008 et de la 5008 (Facelift). Pour la nouvelle 2008, elle incarne la rupture sur de nombreux points.

Fini donc le break surélevé et place à un SUV urbain qui n’a rien à envier au CHR de Toyota, la Juke de Nissan ou encore le Captur 2 de Renault… Un segment (B SUV) fortement concurrentiel, qui a été le seul à enregistrer 8% de progression des ventes en 2019, soit quelque 7.026 immatriculations.

«Le monde change! Les nouveaux enjeux appellent des réponses adaptées et audacieuses dans tous les segments de l’automobile», fait valoir le constructeur. Pour asseoir un bon positionnement et écrire une nouvelle page dans ce segment des SUV compacts à fort engouement commercial ou encore se démarquer de la concurrence, Peugeot a revu de fond en comble les codes stylistiques: une offensive par un design dynamique plus racé et une différenciation par les innovations et le contenu technologique.

Résultat: un véhicule plus long, plus large, plus habitable mais avec moins de hauteur. Côté face avant, la calandre est imposante et plus massive à l’instar des codes déclinés sur la 3008, la 5008 et plus récemment la 208. Le capot est plus horizontal et le pare-brise plus reculé apportent plus de dynamisme et de personnalité au look de ce SUV résolument urbain et moderne.

La signature lumineuse avec des feux LED trois griffes ainsi que les sabres (canines du lion) en bas des optiques  s’inscrivent dans l’air du temps de la marque. Ce qui rappelle le look agressif du lion dans un style harmonieux avec la nouvelle silhouette.  Côté arrière, les feux sont très proches de ceux de la 3008. La montée en gamme se décline aussi à travers l’abandon du chromage autour des vitres. Désormais, la tendance est à la sobriété avec des tonalités noires (black diamond).

A l’intérieur du véhicule, l’habitabilité en est à son paroxysme aussi bien pour les places-arrière que les places avant. Le volume du coffre est de 434 litres. La modularité est assurée par un plancher quasiment plat une fois les sièges arrière rabattus.

Autres atouts, les espaces de rangement pléthoriques, le toit panoramique de série (spolier opening roof) sur la version GT Line… Et cerise sur le gâteau, le poste de conduite i-Cockpit offrant un design et une ergonomie ultra-modernes et procurant la sensation d’être connecté et futuriste tout au long de la conduite.

Le système i-Cockpit repose sur un ensemble d’éléments distinctifs et fondamentaux de la marque, en plus d’un combiné numérique 3D (hiérarchisation de l’information, lecture rapide, écran tactile HD de 7 à 10 pouces à portée de main, accès rapide aux différentes fonctionnalités…) La lumière d’ambiance permet de personnaliser l’intérieur avec différents coloris. Le SUV citadin peut être équipé de l’option Drive Assist Plus.

Un dispositif qui facilite la conduite et les manœuvres (conduite semi autonome). Il permet l’aide au maintien sur la voie (en autoroute par exemple),le régulateur de vitesse adaptatif, le park assist pour entrer ou sortir d’un créneau de stationnement, le freinage automatique d’urgence qui détecte un piéton ou un véhicule, l’alerte active de franchissement, la reconnaissance des panneaux de vitesse, ou encore la surveillance de l’angle mort…

Testée par L’Economiste dans un parcours assez varié au Moyen Atlas (autoroute, route nationale, pistes, vallées, villages...) dans la région d’Ifrane, Azrou, El Hajeb, Ben Smime... la version GT Line est disponible uniquement en boîte de vitesses automatique (BVA) à 8 rapports. Elle offre la possibilité de choisir entre plusieurs modes de conduite (Eco, Sport, Normal). Au volant, le moteur est très onctueux avec un bon compromis entre confort et dynamisme.

Les suspensions sont plutôt fermes. Commercialisé dès ce mois de mars auprès de l’ensemble du réseau Sopriam, importateur-distributeur de la marque, le SUV urbain 2008 démarre à partir de 209.900 DH pour la finition Active (boîte manuelle) et 234.900 DH pour la boîte automatique. Pour la version Allure, elle démarre à partir de 259.900 DH. Quant à la GT Line, elle  est commercialisée à partir de 294.900 DH.

 Un millier de véhicules par an!

Le dernier-né des SUV urbains  de la marque au lion monte à la fois en gamme et en positionnement et ce, dans un contexte et un segment fortement concurrentiel  marqué par une désaffection des berlines classiques tri-corps au profit des B SUV. Ce segment est d’ailleurs très demandeur de gammes de véhicules à fort contenu technologique ainsi qu’un design audacieux. Le coeur de cible  est constitué essentiellement de jeunes et de couples avec ou sans enfants, de célibataires et cadres très demandeurs d’ergonomie, de design inédit, de cockpit voire friands de l’usage de la technologie, de la 3D... Compte tenu de l’engouement pour ce type de SUV, Sopriam table sur la commercialisation de 800 à 900 véhicules en une année pleine.

Amin RBOUB 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc