×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Competences & rh

    Les attentes des cadres pour 2020: L’optimisme gagne du terrain

    Par Tilila EL GHOUARI | Edition N°:5680 Le 21/01/2020 | Partager
    62% estiment que cette année sera meilleure
    Augmentations, équilibre vie de famille/vie professionnelle et cadre de travail agréable... les principales attentes
    Une enquête réalisée par le cabinet Invest RH
    attentes-cadres-080.jpg

    Au même titre que la rémunération, l’équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle est un levier de motivation important aux yeux des collaborateurs. Le cadre de travail ainsi que les responsabilités sont autant importants pour leur épanouissement

    Souvent les enquêtes sur le moral des cadres et leurs perspectives d’avenir ont fait ressortir des constats alarmants. Entre stress, démotivation, envie de quitter le pays... la situation était inquiétante.

    Voilà qu’aujourd’hui, une nouvelle enquête du cabinet Invest RH relève des constats à l’opposé. Selon l’étude «Quelles sont vos perspectives 2020», menée auprès de 530 personnes entre décembre 2019 et  janvier 2020, ils sont 62% à estimer que 2020 sera une année remplie d’opportunités. Ce sont les femmes qui affichent le plus d’optimisme (68,67%). En revanche, le quart considère que cette année sera difficile.

    Parmi les attentes exprimées par les cadres marocains, la rémunération arrive en tête de peloton. Plus de la moitié souhaite recevoir une augmentation. Leurs attentes concernent aussi tout ce qui crée un climat de motivation au travail. Ainsi, 51% disent rechercher un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle et 45% veulent avoir un cadre de travail plus agréable. Rarement perçu par les employeurs comme un levier de motivation, c’est pourtant l'un des tout premiers, l'environnement de travail regroupe tous les éléments matériels qui conduisent le collaborateur à atteindre ses résultats.

    Dans leur «wish list 2020», les collaborateurs indiquent également vouloir des missions plus intéressantes (30%) et plus de reconnaissance (23,4%). Bénéficier d’un plan de formation a été cité par plus de 20% des sondés ... Dans de moindres proportions, ils sont 15% à vouloir plus de flexibilité dans les horaires et plus d’avantages sociaux, et 9% à établir de meilleure relation avec leur hiérarchie.

    L’analyse des attentes des collaborateurs renvoie vers une remise en question des pratiques RH et de la qualité du management de carrière. La situation est urgente vue l’arrivée de la nouvelle génération «millénials», en quête d’épanouissement, d’équilibre entre travail et vie personnelle, et soucieuse de donner un sens à son travail.

    28% veulent changer de métier

    «Pour ce qui est des résolutions, c’est d’abord le côté individuel qui est privilégié plutôt que le collectif: je m’occupe de mon bien-être, je fais du sport, d’abord. Alors que se faire  de vrais amis se positionne en dernier rang des résolutions», souligne Khadija Boughaba, DG du cabinet Invest RH. En effet, plus de la moitié indique vouloir commencer à faire du sport, 45% à s’occuper de leur bien-être, et 42% à mieux gérer leur temps.

    La gestion du stress (32%) vient en 4e position tandis que le changement de travail a été cité par 28% des répondants. Par ailleurs, l’enquête ressort que 6 sondés sur 10 estiment que 2019 a été une année satisfaisante (voire très satisfaisante) pour eux. Le tiers indique qu’elle ne l’a été que moyennement et 7% pas du tout.

    L’année écoulée a été, selon les expressions choisies par les répondants, remplie d’opportunités (44,3%), d’espoir (41,4%), d’optimisme (37,1%) et de succès (35,4%). En revanche, malgré cette vague d’enthousiasme, le tiers admet avoir eu de l’incertitude et 17% de l’angoisse et de la peur. Ces sentiments ont été majoritairement exprimés par les plus jeunes qui  démarrent leur carrière.

    L’année 2019 a été rythmée par des changements au niveau de la carrière. Plus du quart (28%) ont eu de  nouvelles responsabilités. 16%, eux, ont changé d’employeur, et 6% ont carrément changé de métier. La mobilité interne l’emporte donc sur la mobilité externe.

    D’autres (16%) disent avoir pu décrocher un nouveau diplôme durant l’année, tandis que près de 5% ont choisi d’emprunter la voie de l’entrepreneuriat. Seul le quart confie ne pas avoir vécu d’événement majeur sur le plan professionnel en 2019.

    Echantillon 

    L’étude «Quelles sont vos perspectives 2020», réalisée par le cabinet Invest RH, a été menée auprès de 530 salariés entre décembre 2019 et janvier 2020. 68% d’entre eux sont des cadres. Les deux tiers des répondants sont des hommes. Près de la moitié des sondés sont des jeunes âgés entre 25 et 34 ans, 29% ont entre 35 et 45% et 17% ont moins de 24 ans. Le reste a plus de 46 ans.

    T.E.G.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc