×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    eleconomiste

    eleconomiste
    Economie

    Maroc/Russie: Les échanges se renforcent

    Par Ali ABJIOU | Edition N°:5641 Le 26/11/2019 | Partager
    Le tourisme, un secteur avec un grand potentiel
    Produits pétroliers et agroalimentaire en tête
    maroc-russie-041.jpg

    Avec la Russie, ça accélère. Les échanges commerciaux du Maroc avec ce pays sont en croissance nette, ce qui place le pays dans une bonne position pour devenir le premier partenaire commercial économique de la Russie dans l’Afrique. En 2016, le volume des échanges a atteint les 3 milliards de dollars US, soit 15 fois plus qu'au cours de la décennie précédente.

    Lors des sept premiers mois de 2018, le volume des échanges a pratiquement doublé, pour atteindre les 900 millions de dollars, dont une grande partie est due aux produits agricoles. En effet, la Russie est le premier client marocain en matière d’agrumes avec 1,3 milliard de DH exportés en 2018, soit une croissance de 27% par rapport à 2016, selon des chiffres issus de l’Office des changes sur le commerce extérieur. Concernant les tomates marocaines, très prisées en Russie, le pays en a écoulé pour près de 900 millions de DH, soit une croissance de 76% par rapport à 2016. 

    L’énergie pèse de son côté sur les importations marocaines de Russie. Le pays a acheté en 2018 pour l’équivalent de 7,6 milliards de DH de produits pétroliers de ce pays, quatre fois qu’en 2016 qu’explique seulement en partie la hausse du prix du baril. A cela il faut ajouter les importations de blé qui ont atteint en 2018 1,54 milliard de DH. Mais le véritable enjeu reste le tourisme.

    La destination Maroc jouit d’une forte image auprès des touristes russes et expliquerait le taux de retour qui dépasserait les 30%, selon les opérateurs. La préférence des touristes russes irait vers le balnéaire avec Agadir en tête, mais les stations balnéaires du Nord aussi commencent à accueillir de plus en plus de touristes russes.  

    Depuis 2018, une connexion directe Casablanca-Moscou exploitée par la RAM et la compagnie russe S7 Airlines permet de connecter les deux villes et d’encourager une arrivée directe des touristes russes vers le Maroc.

    Le pays a accueilli en 2018, 55.000 touristes russes (en hausse de 10% par rapport à 2017), et ambitionne d'atteindre 800.000 à l’horizon 2020. Sur le court terme, le Maroc a comme objectif d'arriver à 100.000 touristes russes. Pour y parvenir, les autorités entendent œuvrer pour l’accélération du développement de l’offre balnéaire, très recherchée par les touristes russes, et le renforcement des liaisons aériennes avec la Russie.

    A noter qu’en moyenne, 15 millions de Russes voyagent chaque année à l’étranger avec une dépense moyenne par voyage de plus de 800 euros, ce qui en fait des clients très prisés. 

    Ali ABJIOU

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc