×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Economie

    Régionalisation: Les députés pointent la persistance des disparités

    Par Mohamed Ali Mrabi | Edition N°:5641 Le 26/11/2019 | Partager
    El Othmani met la balle dans le camp des Conseils des régions
    454 projets prioritaires lancés avec un coût global de 100 milliards de DH
    Une nouvelle approche pour agir contre le désenclavement
    el-othmani-041.jpg

    Interpellé par les députés sur la persistance de disparités sociales et territoriales, en dépit des chantiers lancés au niveau des régions, Saâdeddine El Othmani a souligné que la nouvelle approche d’intervention se base sur des cartes de désenclavement, qui dressent l’état des lieux, douar par douar. Les informations contenues dans ces cartes ont été collectées sur le terrain, au niveau de toutes les régions, par des équipes spéciales  (Ph Bziouat)

    Quelques jours après la réunion tenue par le ministre de l’Intérieur pour faire le point sur l’état d’avancement du programme de résorption des disparités sociales et territoriales, le chef du gouvernement a été interpellé sur les déficits dont souffrent certaines régions, particulièrement dans les zones reculées.

    Les groupes parlementaires ont mis l’accent sur l’importance d’inscrire le développement de ces collectivités dans la logique de la régionalisation avancée, lors de la séance mensuelle des questions des politiques publiques, tenue hier à la Chambre des représentants.

    Les parlementaires ont déploré la persistance de certains manquements, notamment avec le retard qui a marqué l’opérationnalisation du Fonds de solidarité interrégionale. Face aux critiques des députés, particulièrement ceux de l’opposition, El Othmani a mis en avant les mesures lancées pour inverser la tendance.

    Même s’il a estimé que les Conseils des régions ont un rôle décisif dans ce domaine. D’où l’importance, selon lui, de s’inscrire dans une logique de coopération, notamment pour favoriser le renforcement des capacités des régions pour prendre en charge leurs nouvelles attributions.

    Des Assises nationales sur la régionalisation seront organisées le 20 décembre prochain, a annoncé le chef du gouvernement. Il a insisté sur la nécessité d’accélérer la mise en œuvre des plans de développement régionaux (PDR). Pour l’instant, 10 régions sur 12 ont adopté ces PDR dont les projets seront réalisés dans le cadre de contrats-programmes avec l’Etat.

    El Othmani a fait savoir que les Conseils des régions avaient été sollicités pour déterminer les projets à lancer en priorité. Sur les 2.360 projets prévus par les régions, 454 d’entre eux ont été sélectionnés, a-t-il fait savoir. Leur coût global s’élève à 100 milliards de DH, dont 39% sera financé par les ministères. El Othmani a également insisté sur l’apport de la nouvelle répartition régionale des investissements publics dans le cadre de la loi de Finances.

    Les rapports annexés au PLF montrent que «ce sont les régions qui ont traditionnellement une faible participation au PIB sont celles qui connaissent la plus grande dynamique de développement ces dernières années. Cela s’inscrit dans la logique de rapprochement des régions et de résorption des déficits», a-t-il expliqué.

    Aujourd’hui, «les interventions pour atténuer les disparités entre régions et au sein des mêmes régions, se base sur des cartes de désenclavement qui couvrent l’ensemble des collectivités», a-t-il fait savoir. Il a expliqué qu’il s’agit d’un tableau de bord, réalisé sur la base des informations collectées par des équipes spéciales au niveau des différentes régions.

    Sur ces tableaux de bord, les zones qui souffrent du plus grand niveau de déficits apparaissent en rouge. «Ce sont les zones d’intervention prioritaire, en vue d’assurer une meilleure équité territoriale», a-t-il noté.

    Quid de la déconcentration?

    C’est un chantier très attendu pour favoriser une plus grande efficience de la régionalisation avancée. Le processus est en marche, selon Saâdeddine El Othmani. La nouvelle Charte de déconcentration est entrée en vigueur depuis 8 mois, comme l’a rappelé le chef du gouvernement. Actuellement, le Comité de pilotage qu’il préside a adopté 22 schémas directeurs. 3 autres seront bientôt validés, a-t-il fait savoir. La prochaine étape concerne l’harmonisation de l’arsenal juridique avec ces nouveaux schémas. Cela porte sur la réforme de plusieurs lois et d’une centaine de décrets, selon El Othmani. Parmi les mécanismes qui seront également lancés: la mise en place de commissions régionales de coordination et de secrétariats généraux des affaires régionales.

    M.A.M.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc