×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Régions

    Un plan de développement pour Salé et Skhirat-Témara

    Par Noureddine EL AISSI | Edition N°:5612 Le 11/10/2019 | Partager
    Le montant global dépasse les 8 milliards de DH
    Le grand lot consacré à la réhabilitation urbaine et au renforcement du réseau routier
    Plusieurs partenaires pour le financement, la région mise 880 millions de DH
    region_rabat_budget_011.jpg

    Les prévisions de croissance du budget de la région permettra au Conseil de voir plus large, de conclure de nouveaux partenariats et de financer d'autres projets. L'augmentation du budget de cette année est, par exemple, dédiée à la construction de la Cité des métiers et des compétences de la région à Tamesna

    Après Rabat, les préfectures de Salé et celle de Skhirat-Témara voient enfin leurs programmes de développement intégré adoptés. A l’instar de la capitale, ces programmes visent notamment une mise à niveau urbaine profonde avec un renforcement des infrastructures routières et des équipements de proximité.

    Il reste encore l’adoption prochainement de 3 autres programmes concernant les provinces de Khémisset, Sidi Kacem et Sidi Slimane, a rappelé Abdessamad Sekkal, président de la région de R.S.K.

    Pour ce dernier, ces programmes constituent un exemple pratique de contractualisation entre l’Etat et la région ainsi que les autres collectivités territoriales relevant du même territoire. Cette approche permet la convergence des actions publiques et la mobilisation des ressources pour le financement des projets retenus dans le cadre de partenariat avec des acteurs publics.

    La réalisation de ces deux programmes, étalés sur la période 2020-2024, nécessitera la bagatelle de 8,3 milliards de DH dont 4,3 milliards de DH pour la préfecture de Salé. Leur financement sera assuré par plusieurs départements ministériels avec la contribution de la région et les autres collectivités territoriales concernées.

    Le ministère de l’Intérieur et celui des Finances et de l’Economie figurent en tête des pourvoyeurs, alors que la contribution de la région avoisine 880 millions de DH dont 520 millions de DH consacrés au programme de la préfecture de Salé.

    Pour les deux programmes, une grande importance a été accordée à la réhabilitation urbaine y compris les quartiers sous équipés ainsi que le renforcement du réseau routier et les infrastructures de proximité. Au menu également, le désenclavement des communes rurales situées dans le territoire de ces préfectures.

    Pour la préfecture Skhirat-Témara, près de la moitié du budget prévu a été allouée à la réhabilitation urbaine et les axes routiers. Et 650 millions de DH pour les équipements publics et les zones de service. Au menu également, la restructuration des quartiers sous équipés avec une enveloppe de 450 millions de DH.

    Le programme de Salé est réparti sur 4 axes stratégiques. Le premier porte sur les infrastructures de base et le volet mobilité pour une enveloppe dépassant 1,5 milliard de DH. Les grands projets structurants viennent en seconde place avec un budget d’environ un milliard de DH. Les deux autres axes concernent le renforcement de la capacité compétitive dans le domaine économique avec la promotion de l’investissement et le développement social avec un objectif d’améliorer les conditions de vie des habitants.

    Le Conseil de la région Rabat-Salé-Kénitra a également adopté les autres points figurant à l’ordre du jour de la session d’octobre. Il s'agit principalement du projet de budget de la région pour l’année 2020 pour un montant de 894 millions de DH, soit une hausse de près de 20% par rapport à 2019.

    En plus des frais de fonctionnement, ce budget, plus important, pourra financer d'autres projets, comme celui de la construction à Tamesna de la Cité des métiers et des compétences de la région. Sur un total de 450 millions de DH, la contribution de la région s’élève à 70 millions de DH, le reste sera financé par l’OFPPT.

    «Notre participation sera destinée à l’acquisition des équipements pédagogiques et l’augmentation de la capacité d’accueil de ce centre», précise le président de la région. Par ailleurs, la région procurera un montant de 50 millions pour la mise en place d’un système de réutilisation des eaux usées traitées dans l’arrosage des espaces verts dont la superficie a largement doublé durant ces quatre dernières années, selon un responsable de la commune de Rabat. Le coût de ce projet est estimé à 140 millions de DH.

    Des millions de DH investis, peu d'emplois créés

    En dépit de ces efforts déployés pour le développement des infrastructures, l’impact reste limité notamment en matière de création d’emplois au profit des jeunes. Cela s’explique en partie par le retard enregistré dans la réhabilitation ou la création de nouvelles zones industrielles au niveau de la région. Par exemple, les projets d’aménagements de zones industrielles à Sidi Kacem, Salé, Khémisset et Témara, traînent encore. A cela s’ajoute l’absence de démarches pour drainer de nouveaux investisseurs dans des secteurs de fort potentiel de création d’emplois comme celui du textile.

    Noureddine EL AISSI

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc