×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Destitution de Trump: Les 1ers interrogatoires programmés

    Par Ahlam NAZIH | Edition N°:5603 Le 30/09/2019 | Partager
    Cinq responsables du Département d’Etat devraient être entendus
    Le chef de la diplomatie sommé de livrer des documents pour l’enquête
    Le président américain accusé d’abus de pouvoir
    trump_003.jpg

    Difficile de faire aboutir une procédure de destitution d’un président aux Etats-Unis, mais les élus démocrates comptent bien aller jusqu’au bout de leur projet de destitution de Donald Trump, annoncé mardi dernier. Vendredi, ils ont sommé le secrétaire d’Etat, Mike Pompeo, de leur remettre les documents nécessaires à leur enquête.

    Difficile de faire aboutir une procédure de destitution d’un président aux Etats-Unis, mais les élus démocrates comptent bien aller jusqu’au bout de leur projet de destitution de Donald Trump, annoncé mardi dernier. Vendredi, ils ont sommé le secrétaire d’Etat, Mike Pompeo, de leur remettre les documents nécessaires à leur enquête.

    Et ils ne comptent pas perdre de temps, les premiers interrogatoires sont programmés pour les prochains jours. Cinq responsables du Département d’Etat devraient être entendus pour commencer, dont Marie Yovanovitch, ancienne ambassadrice en Ukraine. Trump est accusé «d’abus de pouvoir». Les démocrates lui reprochent d’avoir demandé à son homologue ukrainien, Volodymyr Zelensky, d’enquêter sur son rival à la présidentielle de 2020, lors d’une conversation téléphonique.

    «Il a violé le serment présidentiel en demandant une aide étrangère pour remporter un second mandat», avait avancé la présidente démocrate de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi. Le camp démocrate est allé encore plus loin, en pointant du doigt le «marchandage» du président américain, qui aurait promis une aide militaire à Kiev en contre-partie de sa coopération dans l’enquête sur Biden, qualifiant ainsi Trump d’un «chef mafieux».

    Pour sa part, Volodymyr Zelensky a assuré, mercredi dernier, que son échange avec Trump était «normal» et sans aucune pression. Samedi, le président américain a déclaré à ses partisans par vidéo, sur Twitter comme à son accoutumée, que le sort de son pays était «en jeu comme jamais auparavant».

    «Les démocrates veulent prendre vos armes, ils veulent prendre votre couverture santé, ils veulent prendre votre voix, ils veulent prendre votre liberté. Nous ne pourrons jamais laisser faire ça. Parce que le sort de notre pays est en jeu comme jamais auparavant… Tout cela est très simple. Ils essaient de m’arrêter parce que je me bats pour vous. Et je ne laisserai jamais faire ça», a-t-il avancé.

    Contre ceux qui ont initié la procédure «d’impeachment», Trump dénonce une «chasse aux sorcières», et invite ceux qui l’accusent «injustement» à démissionner du Congrès. A leur tête, Adam Schiff, l’élu démocrate de 59 ans, qui préside la puissante commission du Renseignement de la Chambre des représentants enquêtant sur les agissements du milliardaire américain.

    A.Na

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc