×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Location de voitures: Une saison estivale décevante

    Par Hassan EL ARIF | Edition N°:5599 Le 24/09/2019 | Partager
    Une baisse d’environ 15% du chiffre d’affaires
    La haute saison concentrée sur le mois d’août

    La saison estivale n’a pas tenu toutes ses promesses pour les loueurs de voitures sans chauffeur. A la fin de la campagne d’été, l’activité aura enregistré une baisse d’environ 15% par rapport à la même période de l’année dernière.

    Pourtant le calendrier des vacances laissait présager une bonne saison pour les sociétés de location de voitures: le mois de Ramadan s’est terminé à la toute première semaine de juin et Aïd Al Adha est tombé le 12 août. Pour l’activité, c’est une conjoncture favorable qui se traduit par une longue période de vacances estimée à environ 70 jours (du 1er juillet jusqu’au 10 septembre).

    Certains opérateurs affiliés à la Fédération des entreprises de location d’automobiles sans chauffeur (Flascam) ont même procédé à des achats de véhicules. Dans la profession, on parle d’un accroissement de 8% du parc à fin août. Un parc estimé à 78.000 voitures appartenant aux membres de Flascam. A noter que le parc destiné à la location compte 140.000 véhicules, dont 32.000 de longue durée.

    «Nous avons constaté une forte concentration des arrivées des touristes et des MRE, qui représentent environ 78% de notre clientèle, sur le mois d’août. Ce qui a généré une très haute saison sur une période très courte», explique Tariq Dbilij, président de Flascam.

    Les chiffres de l’Observatoire du tourisme pour le mois de juillet, qui se base sur les statistiques de la DGSN, indiquent que 7,45 millions de touristes, dont 4 millions de MRE, sont arrivés au Maroc. Soit une hausse de 8% par rapport aux sept premiers mois de l’année dernière(1). La Fédération affirme que la chaîne touristique n’a pas été positivement impactée par cette hausse des arrivées.

    Cette «bizarrerie» dans l’industrie touristique est attribuée à l’informel. Les opérateurs parlent de la prolifération des sociétés de location de voitures installées dans la périphérie des grandes villes et qui ciblent les touristes via des méthodes parfois peu conventionnelles mais efficaces, comme la prospection des clients à leur arrivée aux aéroports. La majorité de ces structures, disposant d’un parc flambant neuf, exerce dans l’informel. La prévalence de ce phénomène peut aussi expliquer la baisse d’activité enregistrée par le marché formel.

    Au cours des dernières semaines du mois d’août, les loueurs de voitures ont réalisé de bonnes affaires. A la fin de la période des vacances d’été, l’heure est au bilan. «Les professionnels s’attendent à une baisse de 16% du chiffre d’affaires par rapport à l’été dernier. Le dernier trimestre de l’année correspond à la basse saison.

    Et la dernière semaine du mois de décembre, qui enregistre une hausse des arrivées de touristes venant passer les fêtes de fin d’année au Maroc, est insuffisante pour rééquilibrer la situation», confie le président de la Fédération. Sur l’ensemble de l’année, «dans le meilleur des cas», la baisse sera autour de 15% en comparaison avec 2018.

    Ces doléances toujours boudées

    Les sociétés de location de voitures, à travers la Confédération nationale du tourisme, ont transmis leurs doléances pour le projet de loi de finances 2020. Les professionnels proposent que la durée d’amortissement linéaire passe de 5 à 3 ans sur option car «l’acquisition d’un véhicule n’est pas un investissement comme les autres. Il est considéré comme le facteur essentiel de production du service de la location». A l’image des autres secteurs, les loueurs de voitures déplorent le barème de la taxe professionnelle qui «pénalise l’investissement». Sur un autre registre, le secteur réclame une TVA à 10% au lieu de 20% comme pour les autres filières touristiques. Par ailleurs, en raison de la prépondérance du chiffre d’affaires réalisé en devises, la Fédération des sociétés de location de voitures réclame un IS à 17,5% à l’instar des exportateurs.

    Hassan EL ARIF

    ---------------------------------------------------------

    (1) Les chiffres du mois d’août ne sont pas disponibles.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc