×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Conjoncture: Les chefs d’entreprise plutôt confiants

    Par Khadija MASMOUDI | Edition N°:5599 Le 24/09/2019 | Partager
    Une hausse d'activité attendue dans la construction et l'industrie
    L'industrie automobile et métallurgique ralentit
    conjoncture_099.jpg

    Les chefs d’entreprise, sondés par le HCP, prévoient une hausse au niveau de construction au troisième trimestre. Elle succéderait à un deuxième trimestre où l’activité était jugée stable

    A en croire les chefs d'entreprise approchés par le Haut Commissariat au Plan, les commandes dans la construction et l'industrie vont reprendre sensiblement au troisième trimestre. Un sursaut qui viendrait après un deuxième trimestre plutôt stable marqué par la diminution de l'emploi dans certaines branches et une augmentation des effectifs dans quelques cas rares.

    Dans la construction, l'activité devrait être portée par les branches «génie civil» et  la mise en chantier des bâtiments. Elle s'accompagnerait d'une stabilité des effectifs employés. Globalement, les BTP ont démarré l'année sur une création nette de 19.000 emplois (+21.000 en milieu urbain et une perte de 2.000 en milieu rural) au premier trimestre. 

    En tout cas, les ventes de ciment, principal baromètre du secteur du BTP, sont sur un trend haussier. Elles ont augmenté de  1,2% à fin août après un retrait de 4,9% un an plus tôt. Dans l'industrie,  les chefs d'entreprise anticipent aussi une hausse de la production sauf dans l'automobile et la métallurgie.

    Dans cette dernière branche, la baisse était perceptible au deuxième trimestre. Elle a été également relevée par l'enquête de conjoncture de la Banque centrale. Hors raffinage de pétrole, l’indice de production du secteur manufacturier a enregistré un accroissement de 2% au 2e trimestre. 

    Cela tient surtout au comportement favorable de l’indice de production de certaines activités telles que les industries alimentaires (+5%), chimiques (+2,1%), alors que celui des produits métalliques a reculé de 2,3%.

    L'industrie chimique et  la fabrication de produits à base de tabac restent confiantes sur l'évolution du troisième trimestre. Il en est de même pour l’industrie extractive où une hausse de la production de phosphate est prévue. 

    La production énergétique et l’industrie environnementale s'attendent aussi à une augmentation imputable respectivement à une hausse de la «production et distribution d’électricité, de gaz, de vapeur et d’air conditionné» et aux activités de «captage, traitement et distribution d’eau».

    L'industrie devrait également connaître une stabilité des effectifs sauf dans l'industrie extractive ou une diminution de l'emploi n'est pas écartée. L’industrie, y compris l’artisanat, a créé 4.000 postes au premier trimestre  contre une perte de 9.000 emplois à la même période de l'année dernière. Ce qui a relevé le volume de l'emploi de ce secteur de 0,3%.

    Khadija MASMOUDI

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc