×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Présidentielles tunisiennes: Les résultats attendus ce mardi

    Par Abdelaziz GHOUIBI | Edition N°:5594 Le 17/09/2019 | Partager
    Un sondage crée le trouble parmi la classe politique
    Le taux de participation limité à 45%
    tunisie_election_094.jpg

    Un universitaire sans parti (Kais Saied) et un publicitaire (Nabli Karoui) en prison (Ph. AFP)

    C’est ce mardi que les résultats du premier tour des présidentielles tunisiennes seront officiellement annoncés. Mais, selon les résultats issus de sondages (non reconnus), deux candidats se placeraient: un universitaire sans parti contre un publicitaire actuellement en prison: Kais Saied et Nabil Karoui,  dont les états-majors assurent être qualifiés pour le 2e tour. Mais rien n’est certain, il faut attendre la publication des résultats par la Commission électorale.

    Si le scénario se confirme, il s'agit d'un séisme pour la classe politique tunisienne au pouvoir depuis la révolution de 2011 et du début d'une période d'incertitude dans le pays rescapé du printemps arabe. L'instance électorale n'a encore fourni aucun résultat officiel, à l'exception du taux de participation de 45,02%, un chiffre faible au regard des 64% du premier tour de la présidentielle en 2014.

    Dans une première réaction, le Premier ministre Youssef Chahed, qui pourrait être  l'un des grands perdants du scrutin, a appelé le camp libéral et centriste à faire bloc pour les législatives du 6 octobre et s'est inquiété de la faible participation.

    Le parti d'inspiration islamiste Ennahdha, lui, a appelé à la prudence. Le scrutin, pour lequel s'affrontaient 26 candidats, s'est déroulé sur fond de crise sociale et économique chronique, et dans une atmosphère de rejet des élites politiques. Selon les instituts privés Sigma Conseil et Emrhod, le candidat Kais Saied est arrivé  en tête avec 19% des voix alors que Nabil Karoui est crédité de 15%.

    Karoui, 56 ans, est derrière les barreaux depuis le 23 août dernier pour «blanchiment d'argent», et la justice avait rejeté  par trois fois ses demandes de libération. Si sa qualification au 2e  tour se confirme, il s'agira d'une situation sans précédent dans le monde pour une présidentielle.

    Fondateur de la chaîne privée Nessma, taxé de «populiste» par ses détracteurs, il a bâti sa popularité en organisant des opérations caritatives dans les régions défavorisées du pays, abondamment relayées par sa chaîne.
    Nabil Karoui est un produit du système, mais il a joué la carte du peuple contre l'establishment.

    Kais Saied, lui, a déboulé sur la scène politique comme dans un jeu de quilles. Ce constitutionnaliste très conservateur sur les questions de société est connu des Tunisiens pour avoir commenté la scène politique sur les plateaux de télévision depuis la révolution de 2011. Il n'a aucune structure pour le soutenir et n'avait jamais participé à une campagne électorale. Il a multiplié les déplacements dans le pays au cours des dernières semaines, misant sur la proximité.

    A.G.

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc