×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Régions

    Marhaba: Un passager sur deux a transité par TangerMed

    Par Ali ABJIOU | Edition N°:5592 Le 13/09/2019 | Partager
    Le port s’accapare aussi 66% du trafic des véhicules
    Des délais d’attente sous la barre des deux heures cette année
    Pénible traversée à Bab Sebta
    operation-marhaba-092.jpg

    Pour fluidifier le transit des passagers, plusieurs mesures ont été prises, dont le renforcement de la flotte assurant la liaison avec le sud de l’Europe. 13 bateaux ont assuré la traversée du détroit, avec une capacité de 43.000 places et 10.000 véhicules par jour (Ph. Adam)

    Un peu plus de 2,5 millions de passagers, c’est le volume traité lors de l’édition 2019 de l’opération Marhaba, selon les chiffres du ministère de l’Equipement et du Transport. Afin de pallier toute surprise, l’offre de transport maritime a été renforcée avec la mobilisation de 30 navires pendant cette campagne.

    Ce qui se traduit par 631 rotations hebdomadaires sur les 11 lignes maritimes reliant les 4 ports du nord du Royaume qui, en plus de TangerMed, incluent Tanger-ville, Nador et Al Hoceïma aux ports du sud de l’Europe.

    La capacité globale hebdomadaire de la flotte mobilisée a été de 536.369 passagers et 139.989 véhicules, soit une augmentation respective de 17% et 25% par rapport à l’opération Marhaba 2018. Et comme à l’accoutumée c’est le port passagers TangerMed qui s’accapare la plus grosse part avec 55% du trafic passagers et 66% du trafic véhicules.

    Les responsables du port, soucieux d’éviter aux usagers de revivre la semaine noire qui avait entaché Marhaba en 2018, ont sorti le grand jeu pour fluidifier au maximum le transit des MRE, lors de leur retour à leurs pays d’accueil en Europe. Cette année, les délais d’attente n’ont pas dépassé les deux heures lors des jours de plus forte affluence, loin des niveaux affichés lors de l’année dernière.

    Avec une moyenne de 31.000 passagers par jour, le trafic s’est déroulé sans accrochages selon les responsables du port tangérois. Pour y arriver, le port a multiplié les initiatives, dont la plus importante a été celle du renforcement de la flotte assurant la liaison avec le sud de l’Europe. Pour cette édition de la campagne Marhaba, ce sont pas moins de 13 bateaux qui ont assuré la traversée, avec une capacité totale de 43.000 places et 10.000 véhicules par jour.

    Pour les MRE et autres voyageurs ayant choisi de passer cet été par Bab Sebta, c’était une expérience à oublier et vite. Lors des derniers jours du mois d’août, certains ont dû poireauter pendant plus de 4 heures à la frontière. Et selon un schéma similaire à celui de l’année dernière, c’est du côté des autorités espagnoles que le retard s’accumulait.

    Si au Maroc six voies étaient opérationnelles, selon certains témoignages, la police espagnole n’a aménagé que deux voies des cinq disponibles, ce qui a entraîné des retards importants et des délais d’attente insoutenables à la frontière vers Sebta. Un scénario qui ne fait que renforcer l’attrait du passage par TangerMed.

    De notre correspondant permanent, Ali ABJIOU

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc