×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    20 ans de discours royaux: Le poids des mots

    Par Amine BOUSHABA | Edition N°:5567 Le 01/08/2019 | Partager
    Une étude de l’ONG Tizi décrypte les champs lexicaux du Souverain
    Une analyse textuelle effectuée à partir de 187 discours (1999-2019)
    20_ans_de_discours_royaux_067.jpg

    En politique intérieure, les champs lexicaux ont évolué, passant d’une période pendant laquelle le Souverain s’est concentré sur la transition démocratique à une nouvelle ère, annoncée lors du dernier discours royal, qui met comme priorité le combat contre les inégalités sociales

    Audacieux, solidaire, responsable, durable, commun, humain, social, international, politique et international. S’il fallait définir les contours et l’évolution de la vision du Roi Mohammed VI, à l’aune de ses discours, tels en seraient les maîtres-mots.

    C’est ce qui ressort de l’analyse textuelle effectuée à partir de 187 discours prononcés par le monarque entre le 31 juillet 1999 et le 29 juillet 2019, dévoilée par le think tank Tariq Ibnou Zyad initiative (Tizi). L’étude s’est attachée à dégager les champs lexicaux relatifs aux chantiers de règne et à relever les redondances des mots les plus présents dans les discours du monarque, sur une durée longue de 20 ans.

    Pour ce faire, les discours officiels en langue française ont été téléchargés du site www.maroc.ma et compilés dans un corpus unique de plus de 352.000 mots. Ensuite ils ont été regroupés en 4 phases temporelles, pour faire une analyse sur des périodes de 5 ans (1999/2003, 2004/2008,  2009/2013,  2014/2019).

    Identification des mots les plus utilisés, mesure des distances entre les  mots, classification… une analyse visant à dégager des tendances, et de tracer l’évolution de l’utilisation d’une sélection d’une centaine de mots clés. Si l’exercice semble novateur au Maroc, la discipline est pourtant courante, servant à  décrypter les flux des discours politiques ou électoraux avec des méthodes de traitement automatique ou semi-automatique des textes, dont la validité n’est pas contestée.

    Une approche logométrique qui insiste sur l’analyse statistique textuelle dans ses dimensions linguistiques et sociales. Des résultats qui attendent d’être questionnés avec la plus grande attention, ce que les promoteurs de l’étude promettent, dans les mois à venir.

    Des «Tizi Coffee», devront être organisés dans les régions, pour analyser ces résultats, avec pour objectif la publication, d’ici la fin de l’année, d’une analyse complète. Il s’agira pour le think tank de mesurer l’impact de ces discours royaux sur les orientations gouvernementales, l’action des agences gouvernementales et des politiques publiques qui en découlent.

    Sans procéder à une analyse proprement dite sur l’impact des discours royaux sur le terrain, l’étude nous permet néanmoins de mettre en lumière les principales préoccupations du Souverain et d’affirmer que celles-ci évoluent en même temps que les étapes  du règne, observées par plusieurs analystes politiques.

    C’est ainsi que l’on peut remarquer qu’en politique intérieure, les champs lexicaux ont évolué, passant d’une période pendant laquelle  le Souverain s’est concentré sur le renforcement de l'Etat de droit et la transition démocratique, en passant par un temps de consolidation des infrastructure de base.

    nuage_des_mots_067.jpg

    Le développement, les régions, la souveraineté et l’unité, la jeunesse, l’Afrique, le Sahara, le social… sont les principaux termes qui ressortent  de ce nuage de mots, démontrant les principales préoccupations du Souverain lors de ces 20 dernières années

    Aujourd’hui s’amorce une nouvelle ère, annoncée lors du dernier discours royal, qui met comme priorité le combat contre les inégalités sociales.  Les termes «culture/culturel», «démocratie/démocratique», «justice», «éducation/école/éducatif/scolaire/formation» ont peu à peu cédé le pas à des concepts tels que «jeunes/jeunesse/emploi/chômage»,  «développement», «région /régional /régionalisation» ou encore «santé».

    «Le devoir de clarté et d’objectivité impose de nuancer ce bilan positif dans la mesure où les progrès et les réalisations, d’ores et déjà accomplis, n’ont malheureusement pas encore eu des répercussions suffisantes sur l’ensemble de la société marocaine», soulignait le Souverain lors du dernier discours du trône (lundi 29 juillet).

    En politique étrangère, l’évolution du champ lexical suit celle du contexte international et des préoccupations mondiales. Le terme «migration/migratoire» a connu une croissance vertigineuse, de l'ordre de 2.200% entre 2014 et 2019, de même que «Afrique/africain» qui a bondi de 410%, «Sahara /saharien» de 149%, «Europe/européen» (+ 62%) et enfin «Maghreb/maghrébin» a  connu une hausse de 28%.

    En revanche, durant la même période, il a été beaucoup moins question de «mondialisation» (-96%), de «Ouma» (-81%), «Méditerranée/méditerranéen» (-78%) et enfin «Islam/islamique/musulman» (-50%). La politique du Souverain envers le continent africain, basée sur une coopération Sud-Sud solidaire, dont le point d’orgue était l’intégration du Maroc au sein de l’Union africaine, est particulièrement notable dans les champs lexicaux des discours royaux, notamment sur la période  2014-2019. 

    En exemple le préambule du discours historique prononcé par le Roi Mohammed VI,  le 31 janvier 2017, lors du 28e sommet de l’Union africaine (UA), à Addis-Abeba: «Il est beau le jour où l’on rentre chez soi, après une trop longue absence! Il est beau le jour où l’on porte son cœur vers le foyer aimé! L’Afrique est mon continent, et ma maison».

    L’étude met en avant également les 8 valeurs les plus citées par le souverain et leur évolution à travers les 20 années. On y retrouve par ordre croissant: «transparence/transparent», «patriotisme» «indépendance», «citoyenneté», «liberté» «respect» «engagement» et enfin «responsabilité».

    A.Bo

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc