×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    L’ONEE annonce de gros investissements dans l’eau

    Par Nadia DREF | Edition N°:5564 Le 25/07/2019 | Partager
    25,5 milliards de DH sur cinq ans
    Dessalement, traitement des eaux usées, renforcement de l’approvisionnement…
    onee-investissment-eau-064.jpg

    Les besoins en eau potable ne cessent de croître. Selon les estimations de l’ONEE, ils devront se situer à 1,3 milliard de m3 en 2020, à 1,44 milliard de m3 en 2025 et à 1,58 milliard en 2030 (Ph. L’Economiste)

    En attendant l’adoption du nouveau contrat-programme le liant avec l’Etat, l’Office national de l’électricité et de l’eau potable (ONEE) affiche ses ambitions. Il compte investir, entre 2019 et 2023, 51,6 milliards de DH dont la moitié réservée au secteur de l’eau. L’alimentation en eau potable des zones urbaines absorbera 15,2 milliards de DH.

    Objectif: permettre le renforcement de la production de 12,4 m3/s supplémentaires et la pose de 3.400 km de conduite. Durant ce quinquennat, plusieurs projets sont programmés pour répondre aux besoins croissants de la population suite à l’urbanisation. L’approvisionnement en eau potable de la ville de Marrakech sera renforcé à partir du barrage Al Massira à raison d’un débit de 2.500 litres/seconde.

    Fès et Meknès seront alimentées par un débit additionnel de 2.000 litres/seconde à partir du barrage Idriss 1er. Le Grand Agadir absorbera un débit supplémentaire estimé à 1.740 litres/seconde produits par  la station de dessalement de l’eau de mer. L’alimentation en eau potable de Souk Larbaa et les régions avoisinantes sera renforcée par un débit de 330 litres/seconde à partir du barrage Oued El Makhazen.

    L’extension de la station de dessalement de l’eau de mer de Laâyoune d’une capacité additionnelle de 300 litres/seconde. Pour répondre aux besoins des habitants de la ville de Guercif, un débit additionnel de 300 litres/seconde à partir du barrage Targa Oumadi.

    Côté financement, la KfW, mandatée par le ministère allemand de la Coopération économique et du développement, a accordé à l’ONEE des prêts et dons de 69,5 millions d’euros (près de 700 millions de DH) pour la réalisation de plusieurs projets d’approvisionnement en eau potable dans les petits et moyens centres ainsi que pour la construction d’une station de dessalement d’eau de mer.

    Le monde  rural n’est pas en reste. L’Office investira également 5,7 milliards de DH dans la généralisation du raccordement du monde rural au réseau national. Plusieurs projets sont programmés qui devront porter le taux d’accès à l’eau potable en milieu rural à 99,3 % (contre 97% en 2018) au profit d’une population additionnelle de plus de 308.000 habitants.

    Un budget de 4,6 milliards de DH sera alloué à l’assainissement liquide. Il servira à la réalisation de 64 nouvelles stations d’épuration des eaux usées d’une capacité de plus de 157.000 m3/j. La période 2019-2023 verra la mise en service de 4 principales stations: Laâyoune (18.600 m3/j), Ain Aouda (10.000 m3/j), Bni Nssar/ Atlyoun (7.000 m3/j) et Imzouren/Bni Bouayach (13.000 m3/j).

    En 2018, l’ONEE gère 128 centres ciblant une population de 5,4 millions de personnes, soit une couverture nationale de 88,4%. Sur ce total, 107 stations d’épuration des eaux usées, d’une capacité de 395.000 m3/j, sont opérationnelles (dont 24 réalisées entre 2016 et 2018). Elles ont permis de réduire la pollution de l’ordre de 77,4%, précise l’Office.

    Où est le contrat-programme?

    Le contrat-programme de l’ONEE avec l’Etat tarde à venir. En préparation depuis plusieurs années, cette deuxième convention est annoncée avant la fin de 2019. Le contrat-programme 2019-2023 devra pallier les contreperformances enregistrées par son précédent (2014-2017) en raison du retard accusé dans la réalisation des engagements liés à la fusion des structures des activités de l’électricité et de l’eau, au développement des synergies entre les deux métiers, à l’externalisation de la Caisse commune de retraite (CCR) ainsi qu’à la cession des actifs non liés à l’exploitation. Le futur contrat-programme permettra à l’Office de se recentrer sur ses principales missions et le recours à d’autres modes de financement (PPP…). Objectif : stabiliser le stock de la dette dont l’encours s’élevait, en 2017, à 58,249 milliards de DH pour un taux d’endettement de 54% (hors dettes sociales) et réduire le recours direct au budget général de l’Etat. Le prochain contrat-programme devra prendre également en compte l’entrée en lice de l’Agence nationale de régulation de l’électricité (ANRE) et la mise en œuvre effective de la restructuration à la fois du secteur et institutionnelle (régionalisation, transferts des actifs des énergies renouvelables de l’ONEE à Masen... ).

    Nadia DREF

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc